Pour ces instants-là


Quand je prends une photographie, il y a toujours deux choses que je cherche à obtenir : son esthétique et son harmonie bien sûr, et puis raconter une histoire. Ou plutôt, ou surtout, raconter une histoire, avec un regard particulier et une certaine sensibilité.


J’aime créer des tableaux, et tenter que les photographies se répondent entre elles.J’aime quand l’image semble surgir d’un film. Je ne suis pas photographe. Et si mon appareil n’est jamais loin, je tâtonne encore beaucoup.

Parfois, la magie se produit : à travers une ou quelques images, surgissent tout à coup les odeurs, les sons, les lumières et les émotions.

Ce sont pour ces instants-là, fugaces et si précieux, que je prends des photographies.

Vous aimerez aussi
C'est promis

Note de janvier


Samedi, le ciel était bleu. J’ai pris la route jusqu’à la mer. J’avais le sourire des beaux jours accrochés aux lèvres. 

Avant le début de crise sanitaire, les voyages faisaient partie de mon quotidien. Ils m’éveillaient, me questionnaient, me guidaient. Ils m’ont fait grandir et prendre conscience de la richesse et diversité du monde. A travers eux, grâce à eux, j’ai appris sur moi, sur mon rapport aux autres et au monde. 

Et si c’est devenu rare depuis trois ans, je me rends compte à chaque escapade l’importance de ralentir, d’ouvrir les yeux et d’explorer le monde. Je sais que c’est dans sa diversité, sa poésie et sa beauté que s’éveille et éclot ma créativité. 

Je suis revenue hier soir avec une énergie folle pour les jours à venir, et avec le désir ardent de prendre déjà la route à nouveau. 

Dis, on repart quand ? 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Trois ans, d’amour et de mots


Cette semaine, Les mots a l’affiche a trois ans.

Cette semaine, je prends conscience du chemin parcouru et j’ai un sourire aux lèvres qui ne semble plus vouloir me quitter : trois années à écrire, à rêver et imaginer. Ces trois années où la crise sanitaire s’est invitée, au coeur de l’hiver, et qui m’a poussée dans mes retranchements et à vaincre mes peurs et limites.

Je me souviens de ces journées, fin mars, à compter et calculer, à chercher des solutions, moi qui détestais tant la comptabilité. Je me souviens à imaginer une nouvelle stratégie de développement en plein confinement, à mettre à l’affiche mes pensées, mes peurs et mes rêves pour essayer d’aller de l’avant.

Je me souviens m’être rapprochée de vous, de m’être confiée, d’avoir partagé tout ça à travers des mails et sur les réseaux sociaux. Je me souviens de vos retours, de longs échanges et votre soutien inconditionnel. Vous qui m’avez appris, au coeur de la tempête, à continuer de danser et de croire, plus que jamais, en la force des mots.

Cette semaine, Les mots à l’affiche a trois ans, et des rêves pour les vingt années à venir. Et ça, c’est grâce à vous : vous et votre confiance, vous et vos suggestions et conseils précieux, vous et vos mots qui me portent et m’encouragent chaque jour.

Vous qui m’avez permis, oui, de vivre de mon rêve : de vivre, littéralement, de mots et d’affiches. Alors oui, je crois plus que jamais au pouvoir des mots, et en leur pouvoir de transformer notre réalité.

Pour fêter ça, c’est l’occasion de vous dévoiler la nouvelle collection, à l’image de ces derniers mois : des mots pour croire en soi et ses rêves, d’autres pour prendre soin de soi comme on prend soin de ceux qu’on aime, des mots pour son fils ou sa fille, d’autres encore pour dire merci à son parrain ou sa marraine, ou encore pour célébrer les beaux moments entre amis à travers un apéro… .

J’ai imaginé cette nouvelle collection comme une ode à la vie, à sa liberté et sa douce folie si nécessaire pour se sentir vivant. Je l’ai imaginé comme un talisman pour contrer les jours de doutes, et de tempêtes.

Je vous souhaite, de vous rappeler, chaque jour, combien vous êtes fantastique,

Je vous souhaite, plus que tout, de croire en vous, d’oser et de réaliser vos rêves,

Les photographies ont été prise par Marion, photographe de mariage à Toulouse.

Vous aimerez aussi
C'est promis