Dix ans de nous


 

Alors, voilà, cela fait dix ans.

Dix ans d’ici, dix ans de nous. Dix ans que j’écrivais le tout premier article de ce blog, le 7 septembre 2008. J’avais vingt-ans et je voulais un blog d’un peu plus grande. J’avais fermé sur un coup de tête mon blog sur Cowblog et ouvert cet espace. Dix ans de mots, de photographies, de rencontres. Dix ans de l’enfance à presque adulte – on est pas encore sérieux quand on a trente ans.

Le blog a fêté ses dix ans vendredi et il s’est passé deux choses incroyables ce jour-là : la première est la publication de notre guide juridique pour blogueurs avec Sandra où je témoigne dessus en tant que consultante en communication (et blogueuse !) sur l’importance de maitriser l’aspect juridique lorsqu’on ouvre un blog. J’ai également réalisé les photographies de l’ouvrage.

La seconde est le lancement de ma boutique en ligne d’affiches : Les mots à l’affiche. J’ai hâte de vous raconter son lancement et la belle aventure dans laquelle je me lance. Si vous êtes curieux, vous pouvez déjà lire le journal de la boutique.

Alors, voilà, le blog a eu dix ans ce vendredi 7 septembre 2018 et les deux plus merveilleux des cadeaux. Le blog est devenu, je crois, un peu plus grand.

 

 

 


 

Dix ans et des rencontres, un agenda, un magazine, des voyages dans le monde entier. Dix ans, deux licences et un master. Le plus mignon des chiens et une entreprise qui grandit doucement depuis cinq ans. Quand je pense à tout ce que le blog a pu m’apporter, et continue de m’apporter, je me dis que l’ouverture de ce blog est une de mes plus lumineuses idées. Il m’amène là où je ne l’aurait imaginer et où je ne l’aurais révé. Il a, littéralement, changé ma vie.

Dix ans à photographier et écrire le quotidien. Dix ans et aussi cette perte d’anonymat au milieu du chemin. Je me souviens, j’avais vint ans et je ne parlais à personne de cet espace. Je le protégeais, je me protégeais aussi d’une certaine façon. C’était mon espace intime à moi. Et puis, il y a eu cette sélection d’entrée en Master où j’en ai parlé timidement devant le jury pour la toute première fois. Où je racontais les nuits de code pour avoir un blog à mon image, la découverte merveilleuse de Photoshop, la richesse des échanges et le bonheur de créer une communauté qui partage mes valeurs.

De là, il y a eu le stage chez Hellocoton et la rédaction du mémoire sur justement cette question de l’intime et de la représentation de soi en ligne, et notamment de l’authenticité – il m’aura donc fallu cinq ans pour vous glisser le lien vers mon mémoire ni vu ni connu : comment un “je” personnel et anonyme évolue-t-il au fil du temps ? De quelle façon les auteurs de blog créent-ils et parviennent-ils à gérer leur propre image en ligne ? Comment cette représentation de soi évolue-t-elle au fil des années et quelles en sont les conséquences sur l’identité de l’auteur du blog ? Suffit-il de contrôler sa représentation ou doit-on créer une stratégie de communication ? Est-il possible de professionnaliser son identité tout en conservant son authenticité ? La rédaction du mémoire a permis de m’apaiser et de retrouver une relation plus sereine avec cet espace.

Et puis, quelques mois plus tard, il y a eu la décision de me lancer à mon compte. Alors, j’ai allumé la lumière. J’ai tiré les rideaux. J’ai mis un visage et un nom sur mes mots. J’ai toujours essayé de préserver une certaine pudeur sur ce blog tout en continuant à parler de l’intime. Je crois que l’écriture du quotidien m’apparait comme une nécessité. Elle fait partie intégrante de mon processus de construction. J’ai souvent eu l’impression de jouer à l’équilibriste, et je crois, avec les années avoir enfin trouvé l’équilibre entre cette nécessité d’écrire et de me protéger.

 

 

 


 

Depuis dix ans, Viedemiettes.fr me permet de rester en éveil. Cet espace illumine ma créativité. Il me pousse à écrire et photographier. A nous créer des jolies choses à imprimer. Il est là quand j’ai besoin de prendre du recul et d’apaiser les émotions trop fortes. Il est un fabuleux outil pour apaiser ce manque de confiance en moi et me pousse, chaque jour, à sortir de ma zone de confort. Il est un journal extime, un carnet de bord. Il me pousse à croire en mes rêves et éveille ma sensibilité. Il est doux et apaisant. Il est magique.

Et puis, cet espace, c’est aussi vous. C’est vous avant tout. C’est vous, et des poignées de belles rencontres amicales et professionnelles. C’est vous et vous êtes des milliers sur Instagram et Facebook. C’est vous et cela me semble fou. C’est vous et vos mots qui consolent de tout. Ce sont vos mots qui ne jugent pas et me portent depuis dix ans. Ce sont vos mots qui m’ont donné la force, il y a cinq ans, de me lancer à mon compte et de croire à mon rêve : créer un travail à mon image.
C’est vous et votre confiance quand vous lancez, à votre tour, votre projet à vous et qui me demandez de vous accompagner pour son lancement, la création de votre identité visuelle ou de votre site web.

Dix ans de nous, c’est fou, non ?

 
 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Ahn

    Bon anniversaire May ;-)
    Si tu veux bien, je me permets le tutoiement : la faute à tes mots simples, sincères, qui me touchent comme me touchent ceux de ma fille. Je te suis discrètement depuis quelques mois et je sens cette force qui t’habite, et qui danse avec tes vulnérabilités… Suis ton chemin, jolie May, suis ton rêve : tu sais ce qu’en disait Antoine de Saint Exupéry, expert en ce domaine : “Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité”.
    Je te souhaite le meilleur à venir :-*

    Répondre
    • Cette citation est tellement jolie, douce et poétique. Et puis, bien sûr, j’aime tellement le petit prince.
      Merci pour tes mots. C’est, je crois, ce qui me caractérise le mieux, ce mélange étrange entre la force incroyable de croire en mes rêves (et à essayer de les rendre réel un peu plus chaque jour) et ce sentiment de fragilité et de vulnérabilité qui me saisit pour une virgule, un regard ou un silence un peu long. Et même si c’est parfois un peu fatiguant ces doutes et cette sensibilité à fleur de peau, j’ai réussi les apprivoiser et je ne me changerai plus même si je le pouvais.
      Merci, merci, merci pour tes mots doux tout qui me touchent énormément.

      Répondre
  2. Chère May, il y a dix ans je te lisais et j’étais si touchée par la proximité que tu créais déjà en avouant être toi, en parlant du chemin d’être soi.
    Pour te connaître au delà du blog, je te remercie pour ton honnêteté si forte que je ne retrouve chez aucun autre. Tu ne triches pas.
    Je t’aime toujours autant.
    Aline

    Répondre
    • Tes mots, tes mots Aline. <3
      Merci. Et, je ne sais pas vraiment quoi dire : à part un immense merci.
      Il faut absolument qu'on se voit (ou au moins qu'on s'appelle sur Skype !). Tu me manques, tu me manques. Tu me manques, trois fois (au moins). Je vais à Paris cette semaine et je vais essayer de croiser Alex (et on pensera fort fort fort à toi). :-)

      Répondre
  3. Je n’avais jamais fait le rapprochement des dates, mais je suis terriblement contente de savoir que ton blog et moi même partageons le même jour de naissance. J’aime bien les signes de l’univers et j’aime encore plus l’idée d’être reliée à toi via ce blog et mon anniversaire à moi.
    Dix ans, c’est fou, c’est beaucoup et c’est peu, c’est grand et c’est encore tant de choses à faire.
    Joyeux dix, May, joyeux projets, joyeux sourires, joyeux tout. <3

    Répondre
    • C’est parce que c’est la première fois en dix ans que j’écris un article pour dire que c’est l’anniversaire du blog. Je savais que c’était début septembre, mais j’avais jamais vraiment regardé la date. Et je l’ai regardé en juillet, en me disant, que cela serait bien que le lancement de la boutique soit pour les dix ans du blog symboliquement. Et après, j’ai regardé la date du lancement du livre, et j’ai trouvé la coïncidence un peu incroyable. Je me suis dit que c’était un peu nul, si je pensais en terme de communication : on lance pas deux choses le même jour, et puis, je me suis dit que je m’en fichais et que c’est ça qui me faisait vraiment plaisir.
      Alors, voilà. Et quand j’ai vu que c’était ton anniversaire en plus ce jour-là, j’ai doublement souri. Je me suis dit que le 7 septembre ne pouvait décidément être qu’un jour chouette.
      Et puis, et puis, merci hein. <3

      Répondre
  4. boudu

    Tu sais que je viens de réaliser que tu as ouvert ton blog deux jours pile avant la naissance de mon impératrice. Ce qui signifie que je te lis depuis quasi le début puisque j’ai commencé à Madrid. (avant hier donc) Joyeux anniv grande May. Merci de m’avoir accompagnée, aidée, écoutée. Merci pour l’amitié. Bravo pour le chemin, bravo pour les projets. J’espère que les prochains seront nombreux et tous plus excitants. Et au milieu de ces nombreux projets, j’espère que l’on fera quelques bouts de chemin ensemble encore. D’ailleurs on trinque bientôt, il le faut ou le temps va encore nous voler une année ! des bisous.

    Répondre
    • Oh, c’est chouette ça ! Mon blog a le même âge qu’elle (il est grand o_O) : et donc, bon anniversaire à la plus jolie des bordelaises ! :-)
      Et, puis surtout, merci à toi. Merci pour tes mots, d’être là, de me soutenir et de veiller. J’ai hâte d’être au 27 (je suis un peu nulle pour trouver les mots pour dire merci quand même, il va falloir que j’imagine une affiche merci et je la donnerai chaque fois que je serai pas trop comment dire merci, voilà)(merci)

      Répondre
  5. Waouh, encore un très bel article May! Comme tu dois être heureuse et fière en voyant le chemin parcouru depuis tes 20 ans…
    Et tu as choisi un très beau titre pour ce billet, emprunté peut-être à la superbe chanson de Ben Mazué? (https://www.youtube.com/watch?v=t6WAQSBn1iE) Je te souhaite en tout cas beaucoup de réussite dans tous tes projets, notamment pour la boutique d’affiches qui j’en suis sûre est promise à un TRES bel avenir ;) Gros bisous et j’espère à très vite!

    Répondre
    • Merci beaucoup la jolie ! J’aime beaucoup Ben Mazué (et ce morceau-là !). Je crois que je serai (un petit peu) fière quand la boutique aura un peu grandi et quand j’aurais aussi quelques retours positifs sur le livre (mais en vrai, je crois qu’il y aura toujours quelque chose pour me dire que je pourrais encore faire mieux, que j’aurais dû faire ceci ou cela. C’est parfois un peu fatiguant, mais c’est aussi ce qui me pousse à me dépasser et à créer plein de belles choses !).

      Gros bisous, et oui, oui, à très vite !

      Répondre
  6. Des années que je te lis, que je souris en lisant tes mots, ces mots si doux et si beaux . Merci pour tout ce que tu nous offre sur ce blog ma belle !!!!

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)