Vous aimerez aussi
C'est promis

Se sentir morte de l’intérieur.

Les jours passent. L’hiver s’installe, l’hiver s’allonge. Je suis pétrifiée à l’idée de composer un numéro de téléphone et d’entendre sa voix. Cruelle. Il faudrait que je travaille plus car mine de rien les examens approchent. Pourtant, je ne fais rien ou si peu. Je n’ai toujours pas acheté les livres au programme. C’est la première fois. En tant normal, je saute dessus et je les dévore. Ce semestre, il semble n’y avoir aucun désir de découverte, aucun plaisir, aucun sens. Je suis encore dans l’attente. On ne peut pas vouloir le meilleur et se contenter d’en faire le minimum. Ce n’est pas possible et je le sais. Parfois j’ai l’impression que je serais capable de déplacer des montagnes, et d’autres où affronter le vent glacial m’est impossible. Paradoxe. Il y un décalage en moi, comme une frontière, un ruisseau qui me découpe. Je crois au soleil futur et j’ai pourtant peur de ne pas parvenir à tenir simplement debout. Je note des ribambelles de choses à faire dans mon intérieur comme pour le remplir, comme pour me prouver qu’il n’est pas tout à fait vide et qu’avec un peu de chance tout cela sera réalisable un jour. Et pourtant quand j’évoque le futur, je ne peux pas m’empêcher d’en trembler.
Il y a tant de choses qui ne tournent pas rond et une telle envie de fuir. Je sais bien que fuir n’a jamais rien résolu. Oui, je sais.
Fermer les yeux. Doucement.

Vous aimerez aussi
C'est promis

Le premier jour du reste de ma vie,


Attrape, ta chance, saisit ton bonheur,
va vers tes risques, à force de te regarder,
ils s’habituerons.
Char
C’est une nouveau départ que l’on murmure du bout des lèvres. Des nouveaux sourires pour un nouvelle vie partagée. Ce sont les rancœurs qu’on tente d’oublier le plus vite possible, parce qu’on se l’est promis il y a plus de six mois. L’absence et la distance qui s’effacent afin de laisser place à un nouveau souffle.
Le vent a enfin tourné.
Il y a les papillons dans le creux du ventre, les projets et cette peur toujours si immense. Il y a tout ce qui ne se dit pas, et tous les rêves qui s’agglutinent sur le seuil, le seuil de la vie. Le premier jour du reste de ma vie. Le tournant d’une vie d’une petite fille en une presqu’aldute. Une vie promise faite de « nous », et de projets à deux. On a attendu ce mois de février comme la promesse du bonheur durant des mois et le voilà arrivé. Il est là face à nous. C’est ici que normalement l’oiseau s’envole. C’est ici que tout s’efface, que les chagrins se partagent et que les bobos deviennent moins douloureux.
Il y a tant d’espoirs misés en ce début février.

Vous aimerez aussi
C'est promis