Prendre soin de soi :
mon cheminement et ma prise de conscience


En bousculant mes repères et en me stoppant dans ma course folle, le premier confinement m’a rappelé la nécessité et l’urgence de prendre soin de moi. Je n’avais jamais vraiment pris soin de mon corps : disons, de manière un peu triste, que j’ai plutôt misé sur mon cerveau.

J’ai eu une première prise de conscience vers vingt-cinq ans. J’avais d’ailleurs écrit cet article : apprendre à s’aimer en 2015. Que j’aurais peut-être plutôt dû intituler “arrêter de se détester“.

Quelques mois plus tard, je publiais cet article sur le dépassement de soi.

Depuis, je me sens beaucoup plus libre et apaisée : c’est à ce moment-là que j’ai appris, pour la première fois de ma vie, à me détacher du regard des autres et à arrêter de juger mon corps pour un oui, pour un kilo de trop. C’est aussi à ce moment-là, que j’ai, je crois, enfin appris à écouter ma façon d’être et à la respecter.

Je me suis alors fait la promesse que je ne laisserai plus jamais personne juger dmon apparence, ma façon d’être au monde et me donner des conseils pour rentrer dans un cadre.


Et puis la vie a continué.

Je vis ma première rupture amoureuse. Je m’accroche alors à ce qui reste. Je plonge, la tête la première, dans le travail et les soirées entre amis. Je comble le vide et le silence par de la musique, des verres qui trinquent et des nuits à travailler. Je voyage. J’écris. Je m’émerveille de la beauté du monde. J’ai des projets plein la tête et des amis formidables. Je lance Les mots à l’affiche. J’oublie de dormir.

Et si je sens que ce nouveau rythme ne plaît pas à mon corps, je ne l’écoute pas. J’aurais mis, finalement, plus de trente ans à comprendre que j’étais un tout : un cerveau qui pense, qui rit, qui pleure, qui rêve… et oui, aussi, un corps qui ressent, qui parle à sa façon et qui peut se mettre à hurler si je ne l’écoute pas.

En 2019, je sens que mon corps a de plus en plus de mal à se satisfaire de ce manque de soins. Je n’arrive plus à le discipliner comme j’ai envie. Je suis fatiguée. J’ai le teint terne, des plaques qui me brulent sur le visage et le cuir chevelu. Je perds mes cheveux. J’ai trente ans.


Confinement, et la vie au ralenti

Le premier confinement a mis en lumière ce que je refusais de regarder : mes fuites régulières à l’autre bout du monde pour me ressourcer et me reconnecter, mon alimentation d’adolescente, l’absence complète de sport dans mon quotidien, le temps bien trop long sur les écrans et un sommeil chaotique, réduit et entrecoupé. 

Je n’ai pas de dates précises. J’ai eu un déclic au printemps dernier en me disant que j’allais finir littéralement par me tuer si je continuais de pousser mon corps dans ses retranchements et en testant ses limites. Et que cela n’avait rien, non, de normal – ni de romantique – de devoir partir régulièrement au bout du monde pour respirer ; qu’une vie plus douce, plus confortable et sans montagnes russes – et cette sensation régulière de manquer d’air – pouvait exister.

Ce temps au ralenti, malgré moi, m’a permis d’ajuster mon quotidien. En mars, j’ai perdu la majorité de mes contrats web. Les mots à l’affiche était à l’arrêt. J’avais plus de temps. J’ai cuisiné. J’ai mis de la musique. J’ai regardé des films et j’ai même suivi quelques cours de sport. Cela faisait plus de quatre ans que cela n’était pas arrivé.

Confinée, j’ai accueilli mes émotions. Je ne pouvais pas les fuir à coup de voyages et de soirées entre amis. J’ai compris, enfin, à ce moment-là, que c’était normal d’être parfois triste ou angoissée, et que oui, ça passerait : demain, le ciel serait bleu.

J’en parlais, entre les lignes, sur l’article de mes trente-deux ans en avril dernier.


La prise de conscience

Si ces jours au ralenti ont fait germer en moi quelques graines, mon quotidien a repris peu à peu son rythme à la fin du premier confinement.

Début juin, je signe des nouveaux contrats. Je cherche – et trouve – des solutions créatives pour continuer à faire grandir Les mots à l’affiche avec les nouvelles règles du monde.

Début septembre, le rythme s’accélère : on obtient plus de quarante nouveaux points de ventes en quelques semaines, on lance deux formats et la collection d’automne. Je suis rassurée après ce début d’année compliquée.

Mi-septembre, on fête les deux ans de Les mots à l’affiche et j’organise un shooting photo dans ce lieu qui me fait rêver depuis plus d’un an. J’accompagne plusieurs entrepreneurs pour lancer leur boutique en ligne, et en conseille d’autres pour ajuster leur communication avec le Covid. Début octobre, je réalise un rêve de petite fille : je donne des cours de communication. Je cours, je sautille.

Avec la situation sanitaire, je ne voyage plus. Je ne vois plus mes amis. Je n’ai plus de fenêtres de respiration. Je vis-mange-dors pour mon entreprise.


Brutalement, je recommence à faire des crises d’angoisse.

Et justement, j’angoisse de ne pas parvenir à tenir le rythme soutenu de la fin de l’année. On est en octobre. Mon corps m’oblige à ralentir. Je lui en veux un peu. C’est à ce moment-là que je commence à me dire qu’il était temps de prendre soin de moi : je veux dire de prendre réellement soin de moi, pas de faire semblant durant deux semaines le temps de faire taire, ou d’atténuer les crises.

Je me rappelle la conversion avec un ami, en Thaïlande, sur la nécessité de revenir aux fondamentaux quand tout vacille. Je décide de reprendre les bases : mieux dormir, mieux manger et faire du sport.

Je vous raconte la mise en pratique dans un prochain article ? Vous verrez, c’est magique.

Prendre soin de soi

Le programme des articles pour se retrouver et prendre soin de soi :

  • Introduction et mise en garde
  • Mon cheminement et la prise de conscience lors du premier confinement
  • Le rôle central du sommeil et la nécessité d’en prendre soin
  • L’alimentation : se nourrir comme une adulte (ou presque)
  • Faire du sport, prendre du temps pour soi et se retrouver
  • Se regarder et se donner la place d’exister

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Céline D.

    Je n’ai pas Twitter et plus de compte Instagram pour vous suivre, ce blog est l’un des (très) rares qui persiste dans mon petit dossier “Blogo” sur la barre d’outils Google…
    Et c’est toujours un sourire de découvrir un nouvel article (entre temps, je regarde et relis mes Mots à l’affiche sur les murs de presque chaque pièce de la maison et au travail).
    Hâte de découvrir cette nouvelle série d’article pour ralentir et prendre soin de soi.

    Très belle soirée.

    Répondre
    • Céline,
      Ton commentaire me touche beaucoup. Quand j’écris ici, je me demande parfois si on continue de me lire et la façon dont les personnes veillent sur les nouveaux articles – newsletter ?
      Alors, évidement que tes mots me touchent et me donnent envie d’écrire plus par ici.
      Passe une bonne soirée,
      May

      Répondre
  2. C’est un plaisir de te relire ici… J’ai été informée de l’article par le dernier post Instagram.
    Le premier confinement a en effet été révélateur de nombreuses choses, en particulier des émotions. Seul-e avec elles, on avait pas beaucoup d’échappatoire et on a bien dû apprendre à les accueillir et entendre ce qu’elles avaient à nous dire…
    Douce journée.

    Répondre
    • Merci beaucoup Magali, je crois qu’Instagram est le meilleur vecteur aujourd’hui. : )
      On a été nombreux à devoir se confronter à nos émotions. C’est une sensation assez étrange – et pas forcement très agréable au départ ! – , mais une fois qu’on est à nouveau connecté avec elles (et prêts à les écouter), la vie devient tellement plus douce et simple. : )

      Répondre
  3. LaCopineàJujuLaPonette

    Bonjour May. Le confinement a été une bénédiction pour moi. J’ai, comme vous, enfin pu prendre soin de moi. A 60 ans il était temps ! J’ai compris ce qui était IMPORTANT : mes filles, mes chevaux, ma “maison”, ma santé. Et ce qui l’était moins ou pas : les fausses amitiés (j’ai élagué mon carnet d’adresse comme un jeune cerisier en novembre), le boulot (les cimetières sont remplis de gens indispensables sans qui la terre ne tourne pas), les parasites (ceux qui te bouffent la sève comme une tique le sang au printemps), ma vieille mère perverse et alcoolique que j’ai envoyé chier (elle tient bien le virus elle, à 85 ans. L’alcool et la méchanceté ça immunise. Y’a une piste pour le professeur Grraou là … ). Bref, j’ai fait un grand nettoyage. Dedans, dehors. C’est tout propre partout ! J’ai perdu 16 kg, j’ai couru tous les jours en profitant de l’heure de sortie, donc ce que j’ai perdu en poids je l’ai gagné en endurance et en muscle. J’ai pu grâce à ça faire face à une lourde chirurgie cet hiver et que je repoussais sans cesse ; j’ai recentré mon activité pro autour de l’essentiel. J’en suis (presque) à souhaiter un 2ème confinement quand je serai sortie de convalescence. Cette convalescence longue est aussi, un peu, comme un confinement. Et les VRAIS amis sont toujours là. Apostille : Juju la ponette vous fait une papouille .

    Répondre
  4. Sarah

    Bonjour,

    c’est toujours enrichissant de vous lire May.

    Ce 1er confinement a été un moment suspendu, nous mettant tous face à nos problèmes. Etant en couple, ce confinement a mis en lumière des soucis sous-jacents que l’on parvient à mettre de côté avec le boulot, les sorties…. Là coincés entre nos murs, cela a fait jaillir les fêlures.

    Le sport m’a beaucoup aidé à tenir, à m’aérer l’esprit et à aller mieux.

    J’attends vos articles avec impatience.

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)