Et le printemps,


 

L’hiver a filé. Comme toujours, j’ai oublié le temps.

J’ai dormi, beaucoup. J’ai lu des livres. J’ai très peu écrit. J’ai puisé dans les journées glaciales le temps pour ralentir et me retrouver en tête à mots. J’ai souri, à chaque fois, que je levais la tête et lisais “2019, au ralenti” sur le mur rose en face du bureau. Je ne pouvais pas vraiment me reprocher de ralentir, c’est ce que je m’étais souhaitée, en imaginant 2019.

Ce qui est doux à trente ans est que l’on commence à se connaitre. Je me débats moins. Je ne panique plus. Je sais bien que mon énergie dort pour quelques mois, qu’elle suit le rythme des saisons. Je sais aussi que je ne peux pas lutter contre la nature. Je sais et j’attends. Je me laisse bercer. Je regarde la pluie tomber par la fenêtre. J’allume des bougies. Je respire en attendant le printemps.

Et puis, un après-midi, je sors le bout de mon nez. Je marche. Je n’ai pas froid. J’oublie l’écharpe et les gants au fond du sac. Avec Holly, on marche jusqu’à l’herbe jusqu’au soleil jusqu’à cette petite vie-là presque oubliée. On respire la lumière et on s’offre cette parenthèse des jours lumineux juste à nous. On n’a pas froid, on oublie de trembler. Il fait bleu, il fait beau.

Oh, les beaux jours sont là.

 

 

 

 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Marie Kléber

    Oui c’est bon de se connaître et de savoir quand il est temps de se poser, quand il est l’heure d’aller rejoindre le monde. Moi j’ai VIVRE quand je me réveille et ces mots, tes mots me font du bien tout au long des jours et des heures.
    Beau printemps à toi May

    Répondre
  2. manuela.d.m

    de jolis mots doux ! Et si vrais : arrivés les 30 ans, je trouve la vie plus douce. moins de questionnements sur nous-même, du lâcher-prise , et un regard vraiment plus bienveillant. sur nous, sur les autres
    joli printemps à toi

    Répondre
  3. Comme souvent tu attrapes au vol certaines de ses pensées qui trottent en boucle dans ma tête. La question du ralentir et de l’énergie saisonnière ou cyclique, les beaux jours, la pression de l’écriture et la douceur qu’elle offre… Merci donc d’écrire, et joyeux renouveau printanier à toi May

    Répondre
  4. “Ce qui est doux à trente ans est que l’on commence à se connaitre.” Tu cristallises dans cette simple phrase le constat qui me soulage immensément à l’approche des miens, de trente ans. De l’apaisement, enfin. Merci pour ces rayons de soleil :)

    Répondre
  5. Pauline

    Je te lis bien en retard, mais tes mots s’adaptent bien avec les journées ensoleillées de cette semaine! Le printempsnet ses fleurs roses bien de retour <3

    Je ne peux m'empêcher d'être un peu envieuse de ces 30 ans, je n'arrive pas encore à me connaître, alors j'ai hâte de vieillir encore un peu pour avoir plus de temps pour me comprendre.

    Répondre
  6. L’amour pour la poésie est infini et j’aime exprimer mes mots jettent de la poésie. Merci de me rappeler les lignes de poésie

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)