Dix-huit mois en freelance

Bureau Toulouse freelance


Dix-huit mois en freelance. Dix-huit mois déjà. Dix-huit mois fous, dix-huit mois intenses, dix-huit mois joyeux. Je savoure, chaque jour, ma chance. Je serre mon bonheur.

En novembre, j’ai ralenti le rythme. J’ai repris ma respiration. Tout doucement. Mes premières vacances ont été un déclic. Durant quinze jours, j’ai réappris à vivre loin des mails, des urgences, et des choses à finir à peine commencées. Et puis, j’ai compris. Je peux m’absenter et rien ne va s’écrouler. Je peux m’absenter et revenir pleine d’énergie. Je peux fermer mes mails toutes une soirée sans trembler. Je peux partir un week-end et personne ne va m’en vouloir. Je peux, et je dois, prendre ce temps-là. Ce temps pour continuer à travailler avec le coeur. Ce temps pour y prendre toujours autant de plaisir, pour savourer les jours semaines mois années à venir.

Tout va bien, ne t’en fais pas, c’est ce que semble me murmurer chaque jour mes clients. Alors ensemble, on avance. On crée des jolies choses. On s’émeut, on travaille, on échange. J’apprends. J’apprends à faire mieux, à être plus ordonnée, à lâcher prise. Je me relis toujours dix fois lorsque j’envoie un mail mais je ne mords plus les lèvres jusqu’au sang quand je fais une bêtise. Je me corrige et j’en profite pour faire encore mieux. J’ai compris que la course folle, dans laquelle je m’étais lancée, je pouvais l’arrêter à n’importe quel moment. Il suffisait simplement que je le décide. Je l’ai décidé.

En décembre, j’ai pris quelques jours pour moi, pour nous. Je me suis éloignée de l’ordinateur un tout petit peu. Aller au cinéma, à la piscine, savourer un thé et mettre entre parenthèses les impératifs. A nouveau, j’ai respiré. En janvier, j’ai décidé de faire appel à une avocate pour tout l’aspect juridique. Un poids en moins sur les épaules pour de l’énergie retrouvée. Se recentrer sur l’essentiel et apprivoiser ses journées. J’ai arrêté la course et j’ai retrouvé mes essentiels. Ensemble, on avance, j’avance.

Depuis chaque jour, lorsque la journée se termine, je fais un minuscule bilan avant de fermer la porte du bureau. J’avance à mon rythme. Petit pas par petit pas. Une idée après l’autre. J’ai arrêté de courir et j’apprivoise à nouveau le temps, mon temps. Faire plus avec moins me semble si juste. Arrêter de s’éparpiller, de s’épuiser, se recentrer. Trouver son rythme. Croire en soi et aller de l’avant. Cela prendra un peu plus de temps, cela sera peut-être un peu moins parfait mais cela se fera avec le sourire. Et par dessus tout, il me restera de l’énergie et des rêves pour les années à venir.

Tout va bien, ne t’en fais pas.

 

bilan-freelance

bureau-toulouse-39

 


 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Ella

    Je te souhaite de continuer à trouver tes marques et à te sentir bien !
    Quand j’ai lu le titre de ton message je m’attendais plus à un bilan chiffré, sur ton travail, le temps passé, les revenus générés, l’investissements etc.. comme le fait par exemple shalima (Celine, http://www.mercipourlechocolat.fr/). Elle fait un bilan annuel de son activité et je pense que c’est motivant pour aller de l’avant.
    Mais ton post est très mignon pour autant, pas de soucis. je te souhaite bonne continuation !

    Répondre
  2. “Tout va bien, ne t’en fais pas”… Une bien jolie maxime! Je te souhaite donc de continuer à te surprendre et à t’apprivoiser dans les mois à venir. En tout cas c’est toujours aussi agréable de te lire et de suivre ton travail!

    Répondre
  3. Charlène

    Un superbe article qui donne envie de vivre les mêmes choses ! Je me lance moi aussi (dans un mois) dans la création d’entreprise, en espérant avoir le même succès que toi dans mon domaine :-)
    Je te souhaite encore pleins de belles réussites pour la suite, merci de nous faire partager tout ça !

    Répondre
  4. Ton article est très encourageant. Et surtout, il fait plaisir à lire. Il signifie que tout est possible !
    Je te souhaite que tout cela continue dans ce sens pour toi :)

    Répondre
  5. C’est doux, toujours à ton image. Je te souhaite encore de longs mois, de longues années de ce bonheur là. De trouver tous les jours un peu plus l’équilibre qui te correspond et de t’épanouir dans ce que tu fais. C’est si rare de travailler avec amour.
    Plein de belles choses <3
    Bises

    Répondre
  6. Seulement 18 mois pour en arriver à cet etat d’esprit, a apprendre à relâcher la pression, prendre le temps de vivre, arrêter de courir après les urgences… Bravo. Moi il m’a fallu quelques années pour décider (car c’est à nous de le décider comme tu le dis si bien), de ralentir le rythme.

    Répondre
  7. bravo pour ton article, et bravo pour cette expérience que tu nous fais partager. Moi je suis bien d’accord avec Joel (juste au dessus) je trouve que tu t’écoutes et tu l’as fait rapidement, tu apprends vite , bravo, car ça ne doit pas être évident. Moi je suis salariée et je rêve de liberté ;)

    Répondre
  8. Un petit mot pour te dire que ton blog est un plaisir à lire une bouffée de vent positive :) il est léger et rempli de bonne humeur bref je l’aime beaucoup et le changement de nom lui irai parfaitement je trouve :) je te souhaite pleins de belles choses pour ce métier ! merci de nous faire partager cette belle expérience !! des bisous

    Répondre
  9. Bravo pour ces 18 mois May !
    ça donne très envie en tout cas… :)

    Continue avec la même fraîcheur, et fais toi juste assez de soucis pour bien travailler (c’est, vrai, le stress doit se gérer pour être un moteur ;) )

    Répondre
  10. Nicolas

    Il faut écrire un roman, j’adore votre style, c’est génial. Il me tarde de decouvrir le reste du blog.

    Répondre
  11. Tu as bien raison, garde des petites parenthèses, des bouffées d’oxygène pour garder une distance et prendre du recul !

    Répondre
  12. Moi je commence juste à tenter de m’organiser… le free lance c’est génial, mais de l’extérieur, les gens ne se rendent pas compte de ce que représente vivre 24h/24 la tête dans le travail :) et pourtant, on ne changerait pour rien au monde! Merci pour tes jolis mots qui une fois de plus, appuient là où ça fait du bien.

    http://www.mamzette.com/blog

    Répondre
  13. « Surtout : n’oublie pas de respirer » C’est ce que répétaient sans arrêt mon homme et sa sœur à leur père.
    Et pourtant j’imagine à quel point travailler en freelance doit être intense. Et prenant. Mais pourtant « Surtout : n’oublie pas de respirer » c’est tellement important de savoir; parfois, prendre du temps pour soi ;-)

    Répondre
  14. Moi j’ai fait le choix de commencer en agence, je n’avais aucun contact pour devenir free il y a 3 ans. J’aime mes collègues,mes projets, mon évolution et mon salaire, en revanche j’ai du mal avec les hiérarchie et l’autorité …on est jamais satisfait je rêve de free-lance et un jour peut être je me lancerai dans cette aventure pour être enfin mon propre chef !
    Tu as eu du courage, bravo .

    Répondre
  15. Steffe

    Tout va bien ne t’en fais pas !!! Quel plaisir de te lire à chaque fois, alors prends tes bouffées d’oxygène aussitôt que tu en a besoin pour pouvoir continuer ce que tu fais.
    Bonne continuation
    Bises
    Steffe

    Répondre
  16. katia

    Un quotidien toujours aussi bien écrit et décrit.Je me souviens de ces petits mails échangés où tu me parlais de ce temps pour toi qu’il fallait que tu apprennes à prendre, je suis contente de voir que petit à petit tu prends tes marques, tu prends du temps pour toi, pour repartir de plus belle, je te souhaite encore plein plein de bonheur dans cette nouvelle vie dans laquelle tu t’es lancée avec passion ^^

    Répondre
  17. C’est même essentiel de prendre du temps pour soi, c’est ce qui permet de recharger les batteries et prendre assez de recul pour tenir sur la durée :)

    Répondre
  18. J’en suis sure que tu trouveras le parfait équilibre qui te permettra de continuer à faire de belles choses tou en ayant une vie personnelle très épanouie.
    N’oublie pas qu’avec ce job, tu fais du “bien aux gens” !!

    Merci pour tout,

    Mag

    Répondre
  19. Ça me fait rêver… Moi aussi un jour je me mettrai en freelance à temps plein, ça donne envie !
    Travailler avec le coeur, c’est ça le plus important surtout quand on est un créatif, sinon on meurs à petit feu.
    Merci May pour ce joli post super positif ! :)
    Bises

    Répondre
  20. Que je comprends tous ces mots ! Tu as l’air d’avoir pris le plis, trouvé ton rythme, ces petites bouffés d’oxygène sont surement ce qui te permettra de rester dans cette situation qui te plait encore longtemps :) Des bises !

    Répondre
  21. Tu as raison de prendre du temps pour toi, c’est pour être plus performante, ne l’oublie pas! ;)

    Répondre
  22. Toujours autant de plaisir à te lire, May !

    Et je vois qu’une fois encore, on est exactement sur la même longueur d’ondes. Ce que tu dis est très juste et c’est exactement le message que je délivre aux femmes que j’accompagne dans la réappropriation de leur temps, tant dans leur vie personnelle que dans leur vie professionnelle : “J’ai compris que la course folle, dans laquelle je m’étais lancée, je pouvais l’arrêter à n’importe quel moment. Il suffisait simplement que je le décide. Je l’ai décidé.”

    On pense souvent que c’est très compliqué mais c’est parfois aussi simple que ça… Merci à toi pour la justesse de tes propos ;-)

    Répondre
  23. “Et par dessus tout, il me restera de l’énergie et des rêves pour les années à venir”
    Car c’est bien de cela qu’il s’agit … ne pas s’épuiser cela ne servirait à rien … et mettrait à terre tous tes efforts, tous nos efforts car nous sommes dans le même bateau de freelance.
    Bravo pour ce billet qui vient à point nommé puisque je suis justement un atelier chez Diane de Zen et Organisée pour me me (ré-)approprier le temps et mieux travailler de la maison.

    Répondre
  24. Tu as beaucoup de courage de faire tout ça !
    Je t’admire, toutes mes félicitations :)
    Tu crées vraiment de jolies choses en plus.
    J’espère que tout continuera pour toi, comme tu le désires !

    Répondre
  25. Très beau billet, qui a sa lecture nous donne envie, tout comme toi, de prendre le temps.
    Bonne continuation. Caroline

    Répondre
  26. Une prise de conscience essentielle, le temps va déjà bien trop vite, ces moments rien que pour nous sont importants. Je l’ai réalisé encore plus cet automne, alors que pour moi, tous les autres passent avant moi, et notamment ma famille, mes amis. Mais je réalise qu’ils ne m’en veulent pas non plus de prendre un peu de temps rien qu’à moi, au contraire, mon humeur n’est que meilleure et je leur rends davantage de sourires ;)

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)