Le 1er jour et ce goût de liberté


 

Le premier réveil, le premier café, la première journée. Pour la première fois hier, je travaillais pour moi. Cela ne change pas forcement grand chose, il m’arrivait déjà parfois de travailler en télétravail pour mon entreprise. Alors, le lieu, je le connais déjà par coeur. Les missions, ont déjà commencé pour la plupart il y a quelques semaines déjà.

Ce qui change, c’est le point de vue. C’est cette notion de liberté qui vient se glisser, qui s’infiltre et qui finit toujours par se rapprocher inexorablement de la peur. De la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas y arriver, de se laisser submerger. Mais, il y a tout le reste. A coté. Au dessus. En dessous. Il suffit de lever un peu le regard pour le voir, ce changement-là.

Maintenant, je me dis que si là, tout de suite, je veux aller au cinéma, prendre mon sac et finir la journée dans un autre pays, je peux. Je peux parce qu’il n’y aura personne pour m’attendre dans un bureau trop sombre le lendemain et qu’il n’y aura personne pour m’en faire le reproche non plus. Je peux travailler à mon rythme et sur les projets qui me tiennent à coeur. Je peux dire “non” quand un projet ne me parle pas et ne correspond pas à mes valeurs. Je peux décider d’aller vivre au bout du monde si cela m’enchante et venir écrire quelques mots ici à n’importe quelle heure.

Alors même si je ne le fais pas forcement, cela ouvre un champ de possible immense, que cela m’en donne la vertige. Et ça, c’est tellement parfait. Tellement.

 

 


 

 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Je suis travailleuse indépendante depuis 18 ans, et malgré les moments de galère, je n’ai jamais regretté, justement à cause de cette liberté que m’offre mon statut (même si, pour être honnête, c’est une liberté surtout théorique les premières années où on accepte tout ce qui se présente de peur de laisser passer une opportunité…).

    Répondre
    • May

      J’espère ne pas avoir à le regretter non plus. C’est surtout le manque de temps et l’organisation qui m’effraient le plus pour le moment. Il va falloir que j’apprenne à m’organiser pour continuer à vivre à coté.

      Merci pour ton commentaire, à tout bientôt !

      Répondre
  2. Ça c’est une bonne nouvelle!
    On pourra se faire des sessions de travail à Toulouse si tu veux, pour se rappeler le bon vieux temps :)

    Répondre
  3. kat

    Cela doit être un sentiment agréable cette liberté :) même si on imagine aisément la peur qui vient avec , cette liberté doit être si agréable, tellement pleine de promesse,de quotidien fait à ton rythme.Une nouvelle aventure qui te mènera loin, je n’en doute pas!

    Répondre
    • May

      Merci Katia !
      J’espère que cela va aller aussi. Je viens de répondre à ton petit mail. Il faut que je t’en renvoie un d’ailleurs. J’ai oublié de te demander un petit truc.

      Bises

      Répondre
  4. Très beau blog , je reviendrais y faire un tour …
    Quand au fait d’être travailleur indépendant, j’y aspire vraiment depuis quelques mois, reste à me trouver le projet professionnel qui m’y conduira ….

    Répondre
    • May

      Je crois que quand c’est un statut qui nous tient à coeur, on y arrive en douceur.

      J’espère que tu y parviendras et que tout se passera bien pour toi.

      Répondre
  5. J’ai très envie de me lancer en free aussi. J’ai envie de faire trop de choses un peu différentes pour m’enfermer dans un seul travail. Je suis encore en train de réflechir à comment me lancer, mais je crois bien que tu es en train de me montrer un peu comment faire! :)

    Répondre
    • May

      Aaaah chouette ! On fera partie de la famille “free” comme ça. :)

      J’ai eu beau tourner la question dans tous les sens, et comme toi, cela me semble être la meilleure solution, quand on veut faire plein de choses différentes et ne pas trop s’enfermer dans un boulot.

      Alors, fonce ! :)

      Répondre
    • May

      En vrai, je crois qu’on bosse encore plus de chez soi ! C’est dur de se fixer une heure où le boulot est “fini”.

      Répondre
      • Ah oui ça aussi c’est pas faux ! Mais pour savoir s’arrêter faut s’y mettre :p Tout va bien ? :)

        Répondre
  6. C’est le genre de décision que je me sentirai difficilement capable de prendre, mais c’est vrai que ça donne envie cette sensation de liberté, mais il y aussi la peur… Il faut être très organisé !

    Bravo pour ce post très bien écrit !

    Répondre
    • May

      Merci beaucoup Pépito. J’ai préparé la transition en douceur. J’ai commencé à travailler à coté le soir/le week-end pour voir si je m’en sentais capable et si c’était viable.

      Du coup, la peur est quand même atténuée. :)

      Répondre
  7. O Toulouse! Bon courage pour ce début, et qui sait, nous serons peut être amenées à se croiser dans cette belle ville rose!

    Répondre
  8. Adeline T.

    Jte souhaite que ça se passe comme tu le souhaite!!! Et que tu puisses travailler sur des projets tjs plus intéressants!!

    Bisous bisous

    Répondre
    • May

      Merci Adeline. J’espère la même chose. Je croise les doigts pour que tout se passe pour le mieux. J’y crois, j’y crois.

      Répondre
  9. Ah je t’envie… Je chercher également à atteindre cette liberté, et j’espère bien y parvenir!
    Alors profites en bien !
    ^_^

    Répondre
  10. Quel plaisir une telle liberté! j’espère que les commandes iront comme tu le souhaites. Quelle belle vue sur la Garonne, e espérant t’y croiser un de ces jours!

    Répondre
    • May

      Je me rends compte qu’on est plein de Toulouse ici finalement (alors que quand j’y habitais encore, j’avais l’impression d’être la seule toulousaine). Du coup, cela serait tout chouette de s’organiser un petit quelque chose pour se rencontrer, non ? :)

      Répondre
  11. Coucou May !
    Le changement de point de vue est essentiel, car ainsi, on n’envisage plus les choses de la même manière, on les regarde sous un angle différent, cette liberté comme tu en parles. Et elle est si essentielle à notre vie, belle, présente, juste là. Je te souhaite de belles réussites.
    Gros bisous !

    Répondre
    • May

      Merci beaucoup Audrey ! J’espère que je vais la ressentir vite à nouveau. Pour le moment, je suis surtout ensevelie par toutes les choses à faire ! :)

      Répondre
    • May

      Héhé, je crois pas non. Alors alors community manager/conseillère virtuelle pour une librairie, c’est un peu pareil, non ?

      Répondre
  12. Coucou

    C’est un sentiment génial, ça donne envie de se lancer dans divers projets que l’on pensait un peu fou ou que l’on osait pas faire.

    C’est super que tu puisses faire comme bon te semble et que du bonheur pour ton projet.

    Bises

    Répondre
    • May

      Oui, il faut oser !
      Disons que si je n’ose pas maintenant, j’oserai encore moins quand j’aurais des enfants, un prêt, etc. Du coup, après avoir retourné la question dans tous les sens, je me suis dit que cela serait sûrement maintenant le plus “simple” finalement…

      Répondre
    • May

      Haaa, dis pas ça, tu es super douée. Je suis sûre que tu aurais plein de monde qui te voudrait comme super CM !

      Répondre
  13. Céline

    Ce n’est pas la première fois que je passe sur ton blog, depuis un certain temps j’y passe et repasse, avec grand plaisir.
    J’adore ton blog en général, tes articles, ilustrations… moi qui hésitait et n’osait pas me lancer dans la création d’un blog, le tien m’y pousse et me donne de plus en plus envie de sauter le pas.
    Alors merci de partager autant de chose avec nous et de nous pousser à entreprendre.

    Répondre
  14. Je suis graphic designer, et quelques fois j’ai cette envie de me mettre en freelance aussi. Ce sentiment de liberté que tu décris m’attire et m’effraie en même temps, donc pour l’instant je n’arrive pas à sauter le pas. Je pense que tu apprécieras ce blog, c’est plein de vie et bourré de conseils à ce sujet http://www.designlovefest.com/
    xx
    Fadwa

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)