Un long week-end à Porto (Portugal)


La frontière de la langue

 

J’aime, plus que tout, communiquer dans une langue qui n’est pas la mienne. J’ai alors l’impression qu’un nouvel univers s’ouvre à moi. Parler, penser dans une langue, c’est apercevoir le monde avec des nouveaux mots, des nouvelles expressions. C’est s’envelopper de nouvelles sonorités, de nouveaux accents, d’une nouvelle culture.

Quand je parle espagnol, je me sens plus vivante, plus spontanée. Je parle plus fort et m’ouvre. J’ose étendre ma voix. Le français est la langue de la demi-mesure, des détours et des jolis nœuds. Le français se susurre. Avec lui, j’apprécie les pauses et sa rigueur. Je contrôle les mots, en saisis tout le sens et leur beauté. L’anglais m’apparaît plus froid. Je l’utilise comme une formule mathématique. Malgré tout, j’apprécie sa retenue. L’italien est mon terrain de jeu, ma pâte à modeler. Je ne le parle pas assez bien pour avoir une vraie discussion. Alors, je jongle avec les mots. J’utilise les mains, mes sourires. Je joue, et l’italien s’amuse de moi.

Au Portugal, c’était la première fois que je me rendais dans un pays où je ne parlais pas la langue. En touriste parfaite, j’avais acheté un livre des bases indispensables du portugais pour communiquer. Mais, il faut du temps pour apprivoiser une langue et si je connaissais quelques tournures portugaises sur le bout des doigts, j’étais bien incapable de les prononcer. Une langue ne se laisse pas adopter comme ça, elle est fuyante. Il faut parvenir à la saisir.

C’est un sentiment étrange de ne pas parvenir à répondre à un simple  « bonjour », « bonsoir » ou « merci » comme on le voudrait. J’ai dû sourire bêtement un trop bon nombre de fois. Étrangement, je n’avais pas de mal à communiquer et à me faire comprendre, les portugais comprennent tous très bien l’espagnol – voire l’anglais. Je n’ai eu aucune difficulté à échanger quelques mots, conseils ou anecdotes avec eux dans une autre langue. Le problème se situait plus pour les petits mots de politesse où je me sentais alors vraiment muette. J’ai fini par répondre en espagnol, me disant que c’était toujours plus agréable qu’un silence gênant.

Bref, voyager, parler, échanger, c’est quand même drôlement chouette !

 

 


 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Aaah tu parles à une convaincue là ;)
    J’ai passé une licence de LEA spécialité Amériques rien que pour le plaisir de parler des langues étrangères… résultat, je parle anglais, espagnol et portugais du Brésil, et rien que d’entendre les accents, les mélodies des langues, j’adore :)

    Si je devais apprendre une nouvelle langue, je me tournerai bien vers l’Italien :)

    En tout cas joli article (comme d’habitude) et très belles photos, tu me donnes envie de voyager (et de reprendre mes études de langues !) !

    Bisous !
    Amélie

    Répondre
    • May

      Cela doit être super de faire LEA.

      Il y a tellement de langues que j’aimerais apprendre encore (enfin, si je m’écoutais, je ferai des études à vie). Le plus utile serait sans doute l’allemand. J’avais cherché pour suivre des cours de langue des signes l’année dernière et les horaires ne collaient pas. J’avais opté pour l’arabe. Cela fut encore plus périlleux que je ne l’aurais imaginé !

      Et puis, merci pour les compliments. C’est vraiment adorable ! :)

      A tout bientôt !

      Répondre
  2. Je me retrouve très bien dans cette phrase : C’est un sentiment étrange de ne pas parvenir à répondre à un simple « bonjour », « bonsoir » ou « merci » comme on le voudrait.
    Habitant une ville frontalière de l’Allemagne, je m’y rends assez souvent et j’avoue que j’ai encore un petit peu de mal à dire naturellement “bonjour”, “merci”, “au revoir” au restaurant ou à la caisse des magasins par exemple!

    Répondre
    • May

      Ah oui, c’est vrai ! Tu ne parles pas un mot d’ Allemand ?

      Allez, je crois que tu n’as plus le choix, il va falloir s’y mettre ! :)

      Répondre
      • Si, la base quoi. Oui bien sûr que je sais dire bonjour, merci, au revoir, s’il vous plaît and co ! lol Mais comme je te le dis dans mon commentaire, c’est encore un petit peu dur de les dire naturellement aux commerçants, ya encore un petit voile au fond de ma voix qui persiste, qui ne fait pas naturel :)

        Répondre
        • May

          Cela va venir vite alors ! Ce n’est qu’une question de temps !
          Enfin, je me sens “crédible” dans la nouvelle langue au bout de 3/4 voyages (même si j’ai un niveau toupouri). :)

          Répondre
  3. Tu aurais pu répondre en français … je suis sure que la plupart t’aurait compris ! Il y a tellement de français la-bas, surtout pour les vacances ! Combien de fois je me suis fait surprendre à tenter de répondre, ou remercier en portugais, et ils m’ont répondu en français avec un petit sourire en coin … !

    Répondre
    • May

      Ah oui, j’ai cette fâcheuse (absurde) manie de parler dans toutes les langues que je parle plus ou moins avant de m’exprimer en français quand je suis à l’étranger.

      J’ai tellement vu de Français qui ne faisaient aucun effort à l’étranger : qui continuaient à parler français comme si le monde entier devait parler naturellement français, que cela m’a, je crois, un peu traumatisée. Du coup, j’ai ce reflex complètement débile de faire passer le français en dernier.

      Bon, la prochaine fois que je pars au Portugal, je me soigne et je parle français !

      Belle journée !

      Répondre
  4. Coucou

    Moi je suis incapable de parler espagnol et pourtant j’en ai fait durant le collège et le lycée…J’ai ensuite appris l’italien au lycée et je trouve cette langue bien plus facile à “dompter” que l’espagnol, c’est donc avec plaisir que j’allais en cours d’italien…

    Mais bon ça reste un italien scolaire, je n’ai donc pas pu le pratiquer en dehors mais j’ai encore des bases qui me permettent encore aujourd’hui de comprendre certaine tournure de phrases.

    En tout cas t’as bien du courage d’aller dans un pays sans même pouvoir parler la langue…Je suis tellement trouillarde que même pas j’envisagerai d’y mettre les pieds.

    Bises

    Répondre
    • May

      Pour l’espagnol, je triche un peu. Je suis d’origine espagnole et je suis partie en Erasmus en plus.

      Après, je mélange beaucoup d’espagnol dans mon italien. Disons que je parviens, par je-ne-sais-quelle-magie à toujours me faire comprendre. C’est parfois périlleux (mais bon, cela ne me dérange pas) !

      Je pars en Islande en automne. Je risque de moins rire avec l’islandais (mais bon, c’est bien connu, ils parlent tous anglais là-bas, hein ?).

      Bises

      Répondre
  5. Je ne saurai mieux expliquer ce que j’ai resenti pendant mes 2 semaines au Portugal ! Les différentes langues se juxtaposaient les unes aux autres, rendant mes bribes de phrases plutôt compliquées !
    Ce qui est drôle, c’est que l’anglais est pour moi la langue où je me lâche (sans doute lié au fait que je suis partie en Erasmus à Londres) et l’espagnol est une langue que j’ai eu bien maîtrisée mais pfffuit tout oublié alors que je m’exprimais sans difficulté. Maintenant, quand j’essaye d’apprendre de nouvelles langues, c’est comme si l’anglais ne voulait pas leurs laisser une petite place dans mon cerveau… ;)

    Tes photos sont toutes jolies et je vois que toi aussi tu as apprécié les azulejos !! ;)

    Belle journée May :)

    Répondre
    • May

      Je comprends ton ressenti. J’avais parfois aussi l’impression que l’espagnol prenait toute la place avant et en laisser peu pour les nouvelles langues (une langue peut-elle être jalouse ? ^^).

      J’ai pris, je crois, beaucoup de recul. Je m’y accroche plus comme avant. Comme toi, je suis partie en Erasmus. Cela m’a permis de voir qu’une langue s’apprenait “relativement” facilement, et de désacraliser l’apprentissage.

      Alors, elles vont, elles viennent. J’attrape ce que je peux pour me faire comprendre, et je laisse le reste fuir. :)

      Belle journée Laeti !

      Répondre
  6. Je te suis pour l’amour des langues, même si je suis un peu paresseuse et ne vais pas en apprendre de moi même maintenant que je suis sortie du lycée – il y a fort longtemps! Et puis parler anglais/français/allemand rend aussi paresseux!
    Par contre je dois te contredire pour l’anglais, que tu trouves froid. Ce n’est que ton avis, mais moi l’anglais, comment dire “it feels like home”. J’ai du être anglaise dans une autre vie pour penser si souvent en anglais :)

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)