Une vie plus simple (ou l’art de la simplicité)


Vers une vie plus légère, plus simple

Avec le temps et les voyages, j’ai appris à ne conserver que l’essentiel. Le cheminement s’est fait en douceur. J’en ai pris conscience plus tard. Fut un temps où lorsque je partais pour quelques jours un week-end ou un mois, j’amenais toute ma maison colorée sur mon dos. J’avais un besoin viscéral d’avoir à mes cotés tout un tas d’objets inutiles: des crèmes, des dizaines de vêtements, des livres, des objets absurdes. A chaque fois, je ne touchais pas à la plupart des choses dans la valise. Pourtant les savoir à mes cotés, me rassurait, me berçait. Je la remplissais à coup de “au cas où”, de “on sait jamais”, et “cela pourrait être utile si”.

Je déambulais avec ma valise plus grosse que moi dans des villes inconnues. Lorsqu’on sautille de ville en ville, de pays en pays, on s’allège. Il n’y a rien de pire que de gâcher une voyage à cause d’un sac trop volumineux. Alors j’ai élagué, allégé. Il fallait être légère, être libre. J’ai jeté par dessus bord tout ce qui n’était pas essentiel.

Peu à peu et au fil des déménagements, je n’ai conservé que l’essentiel. J’ai préféré des matières plus nobles pour mes vêtements. J’ai opté pour la qualité au détriment de la quantité. Je me suis recentrée sur ce qui comptait vraiment pour moi. J’ai appris à me connaitre, à apprendre mes essentiels. A distinguer ce qui n’était qu’un passage, un vent à ce qui était mes goûts véritables. J’achète moins mais mieux et j’ai l’impression de respirer, d’y voir plus clair.

J’apprends à écouter mes envies et mon corps, à être en harmonie. Je suis en quête de jolies choses, de plats exquis, de musique parfaite. Il reste aussi la place pour des parenthèses, des bulles d’air où je peux respirer. Rêver. C’est important de rêver. J’aime plus que tout cette sensation que tout ce que je possède sont des objets choisis, espérés, aimés. Il n’y a rien de passage et qui se meurt dans un coin après quelques jours, rien de trop. Tout semble en ordre et à sa place. C’est une belle collection, une ribambelle arc-en-ciel.

Aujourd’hui, il y a toujours des petites folies. J’ai du mal à entrer dans une librairie sans en sortir avec une poche prête à exploser. Si j’achète parfois des livres sur l’iPad, je regrette toujours le coté matériel du livre. Je suis convaincu qu’un livre se dévore aussi par le toucher. Je voue un culte aux carnets, aux stylos, et plus généralement à tout ce qui est lié à l’écriture. Je les collectionne, les affectionne.

Alors, je me sens bien, plus sereine et légère. Plus en harmonie.



Ce cheminement me fait d’ailleurs penser au livre de Dominique Loreau, l’art de simplicité. Je ne sais pas si vous l’avez lu, ce que vous en avez pensé. Cela m’intéresserait beaucoup d’avoir votre avis. Je l’ai commencé cet été, après en avoir beaucoup entendu parlé sur la blogosphère. Je ne l’ai pas (encore) terminé. J’ai trouvé le début du livre un peu décousu et redondant et je n’ai pas vraiment accrochée. Dites-moi, il vaut le coup que je m’accroche ?

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. C’est vrai que quand on crapahute beaucoup, il est nécessaire de s’alléger !
    Le livre de Dominique Loreau fait partie de mes livres doudous, que je lis, relis, re-relis avec beaucoup de plaisir. Par contre, si tu es déjà une adepte du minimalisme, peut être qu’il ne t’apprendra rien, ou ne t’inspirera pas beaucoup…
    C’est un livre sur lequel je m’appuie beaucoup personnellement, notamment parce que j’ai tendance à accumuler “au cas où” !

    Répondre
    • May

      J’ai eu l’impression que le début était un peu répétitif, et parfois flou. Je vais essayer de m’y replonger. Je suis sûre que j’ai beaucoup à apprendre dessus. :)

      Je te souhaite un bon dimanche !

      Répondre
  2. Je suis bien d’accord avec toi, bien souvent la quantité tue la qualité! Je voyage toujours léger, il le faut, mais chez moi j’aimerais être capable de jeter l’inutile au lieu d’accumuler… Pas facile mais j’y travaille! ;o)
    Je ne connais pas le livre dont tu parles mais je vais me renseigner. Merci pour ce joli billet et bon week-end!

    Répondre
    • May

      On a un appartement avec peu de rangements. Du coup, on n’a pas vraiment eu le choix non plus. Il n’y a rien de pire que d’accumuler des cartons, ou ajouter plein de meubles de rangements dans un petit espace (au bout d’un moment un petit appartement ne ressemble plus à rien).

      J’imagine que le jour où on emménagera dans un appartement plus grand. Je me remettrai naturellement à accumuler ni vu ni connu !

      Belle journée !

      Répondre
  3. kat

    Avant quand je venais en week end ou en vacances chez mon amoureux, j’emmenais tout un tas de choses, je débarquais avec plusieurs sacs et des tas de choses “au cas où” dont je ne me servais finalement pas.Depuis un an que je rentre chez mes parents, j’ai appris à alléger mes valises :)
    Par contre chez moi j’ai encore du mal à jeter certaines choses.Je collectionne et garde un tas de bidules inutiles.Je commence doucement à me débarrasser de certains, mais j’ai encore du chemin à faire :)
    Passe un bon dimanche May ^^

    Répondre
    • May

      Je crois que cela devient naturel d’alléger ses valises quand on voyage souvent. C’est un gain de temps et de confort considérable (porter, faire, défaire la valise, etc.).

      Tant qu’il y a de la place pour collectionner, accumuler et que l’on ne déménage pas, je crois que la question ne se pose pas vraiment. A Poitiers, cela fait un an que l’on a pas vraiment pas vraiment de penderie et peu de meubles de rangement.
      Du coup, cela m’a permis de faire du tri (enfin le tri ce fait dans ma penderie annexe chez mes parents… ).

      Passe un joli dimanche toi aussi !

      Répondre
  4. Ce livre donne envie! Je commence justement à penser de cette manière et d’essayer de plus en plus de me concentrer sur l’essentiel et la qualité plutôt que la quantité.

    (au fait cela fait longtemps que je n’avais pas mis de commentaire et je suis amoureuse de ton nouveau layout c’est vraiment un blog superbe)!

    Répondre
    • May

      Merci Marlène, heureuse qu’il te plaise. J’y ai passé un temps fou à faire ce petit thème (qui semble tout simple) alors cela fait plaisir de recevoir des petits messages comme les tiens.

      Pour le livre, je ne l’ai pas encore lu. A lire les commentaires, cela semble une bonne source d’inspiration.
      Si tu le lis, n’hésite pas à revenir me dire ce que tu en as pensé.

      Bonne soirée !

      Répondre
  5. C’est exactement le même cheminement de vie que je suis depuis le début de l’été et ça fait tellement, tellement, tellement du bien. Ce que tu décris, c’est tout pareil pour moi. D’ailleurs, à un tel point dès que je dérive un peu, dès que je sors de l’essentiel, j’ai l’impression d’étouffer. Par contre ça m’est venue seule mais à chaque fois j’entends parler de ce livre, va falloir que je finisse par le lire :).

    Répondre
    • May

      Je crois que l’on en avait déjà parlé à demi-mot dans les commentaires/par mail (parce que lorsque j’ai écrit cet article, j’ai eu une pensée pour toi).

      Et moi non plus, je n’ai pas encore lu ce livre. Il est sur ma table depuis des mois pourtant. Je vais essayer de le lire dès que j’ai un peu de temps.

      A bientôt !

      Répondre
  6. Je t’invite à découvrir mon avis sur l’art de la simplicité sur mon blog. Personnellement, j’ai assez bien aimé. J’ai lu par partie, celles qui m’intéressaient le plus. Il n’est peut-être pas à lire en entier, on peut piocher par domaine (déco, beauté, santé…).

    Répondre
    • May

      Dis, tu peux me donner l’adresse de l’article s’il te plait. Je crois que je suis une boulet, mais je ne suis pas arrivée à le trouver (il est dans la catégorie livres ?). En fait, je crois que je l’avais déjà lu (mais bon, une piqure de rappel ne fait jamais de mal).

      Je vais essayer de m’y plonger ce week-end ! :)

      Répondre
  7. Coralie

    A ma dernière escapade, je suis partie avec un sac sur le dos. Point. Un de ceux que je prenais au lycée. Dans le train, je regardais les valises et les gens. Dans ce train, il m’a semblé qu’il n’y avait que des personnes qui voyageaient léger, comme tu le dis. Je ne pars plus avec ma maison sur le dos non plus. il suffit de trois bricoles pour que ma maison soit là où je pose mon sac.
    Quant au livre, je crois que je n’ai jamais ouvert la première page. Alors, chut. Je me tais.
    T’embrasse demoiselle.

    Répondre
    • May

      C’est chouette de voyager léger, on a vraiment l’impression d’être libre (sinon, on a un peu l’impression de porter le poids de la distance sur nos épaules parfois).

      T’embrasse aussi.
      (dis, dis, la lettre que je devais recevoir, c’est perdu ou elle a juste pris un peu de retard ?)

      Répondre
      • Coralie

        elle est toujours chez moi! Faut que j’aille à la poste lundi à tout prix! Mais bon, pour le coup, tu en auras deux pour le prix d’une (j’ai laissé celle écrite en rentrant de vacances)

        Répondre
        • May

          Héhé, je crois qu’on est deux têtes en l’air (dans les nuages?).

          J’arrête de dire qu’il faudrait que je t’écrive, parce que cela fait une éternité que je le dis et que je ne le fais pas.

          Des bisous !

          Répondre
  8. Bonjour May,
    j’aime définitivement ton style, et ta vision de la Vie qui comporte de nombreux points avec la mienne.
    Pourtant, j’ai quelques années de plus que toi.
    Tu es bien jeune, et parais déjà mature sur de nombreux points.
    Une pointe de magie en toi :-)

    Le livre dont tu parles est dans ma wishlist amazon (depuis quoi ? 6 mois… humhum…).
    Donc, je ne peux pas trop t’aider, désolée.

    En revanche, je serai plus que preneuse pour que tu nous fasses un petit post, prochainement, sur des choix / goûts musicaux du moment.
    Des chansons légères, qui transportent, qui font rêver.
    Des jolies chansons magiques, qui ont un pouvoir de nous aider à avancer dans notre quotidien…
    Car là, j’avoue, que depuis environ 2 ou 3 semaines, j’en suis à la recherche…

    Répondre
    • May

      Hello !

      C’est marrant ce que tu dis là. Parce que dans ma petite tête, c’est tout l’inverse qui se passe. Il suffit de peu pour que je sois impressionnée, que je me sentes toute petite face aux autres et que je n’ose plus prononcer un seul mot. J’ai souvent ce sentiment d’être trop minuscule. (Et bon étrangement, tu n’es pourtant pas la première à me le dire)(mais je trouve toujours ça bizarre-bizarre)

      Pour une liste de musique, pourquoi pas, oui. Cela peut être une idée. Je suis assez obsessionnelle en matière de musique. Je peux écouter en boucle un morceau durant des jours. Je crois que Ton héritage de Biolay a duré des mois d’ailleurs.

      Je vais essayer de me replonger ce week-end dans le livre (les commentaires m’ont donné l’envie de pousser un peu plus loin que le premier chapitre): à suivre donc !

      A bientôt Mély !

      Répondre
  9. Je ne connais pas ce livre, mais c’est vrai que les choses simples sont les plus belles.
    Les paysages, voir la mer, se poser juste avec peu et ce qu’on aime.

    Répondre
    • May

      Tout à fait.
      Au final, on n’a pas vraiment besoin d’un livre pour le comprendre (même si dans certains cas cela peut aider), il suffit de s’écouter et d’écouter son ressenti.

      A bientôt

      Répondre
  10. Coucou May, j’aime beaucoup ton billet.. Tout comme toi j’ai beaucoup entendu parler des livres de Dominique Loreau sur la blogosphère et après avoir lu plusieurs de ses ouvrages j’ai préféré “l’art de l’essentiel – jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi”. Je le trouve plus complet que “l’art de la simplicité”. Voilà c’était min Bubble avis hihi passe un bon début de semaine !

    Répondre
    • May

      Je vais noter ce livre alors aussi. Je vais essayer de me replonger dans l’art de la simplicité ce week-end et de persévérer un peu plus.
      Je crois que j’essayerais dans tous les cas de lire d’autres livres de cet auteur. Cela semble intéressant.

      Merci pour ton avis éclairé ! :)

      Répondre
  11. L’art de la simplicité n’est pas son meilleur, il est un peu trop théorique. L’art des listes en revanche est beaucoup plus concret, il reprend également les principes de la simplicité qui lui dont chers, et les listes sont un bon moyen d’arriver à définir ce dont on a vraiment besoin, comme possessions matérielles ou spirituellement… Sinon, le dernier en date que j’ai lu, 99 objets nécessaires et suffisants, est très agréable à lire, plus centré sur la maison pour un intérieur qui ne comporte que l’essentiel…

    Répondre
    • May

      Oh, un livre sur les listes, cela ne peut que me plaire ça. Je suis un peu une mordue des listes inutiles (bon, on s’éloigne de l’essentiel du coup…).
      Je l’ajoute dans mes livres à lire absolument du coup.

      Merci pour ton conseil. J’ai l’impression d’y voir plus clair du coup !

      Répondre
  12. Il n’y a pas de mot pour décrire ton billet, car je m’y sens concerné à 300%…

    Je n’arrive pas à partir sans toutes mes fringues, mes chapeaux et accessoires… J’ai du mal à faire le tri.

    Une fois, je suis partie à Londres pendant 4 mois, je suis partie avec deux valises de 15 kilos chacune… Je te laisse imaginer la suite…

    Achats obliger, du coup, j’ai du envoyer par la poste, et ça m’a coûté, comment dire, beaucoup d’argent…

    Alors maintenant je prends le strict minimum car je sais que je fais le plein à Londres ;).

    D’ailleurs aurais-tu des adresses à me conseiller ?

    Pour répondre à ta question, je n’ai pas lu ce livre donc je ne pourrais pas te donner mon point de vue.

    En ce moment, je lis L’Envie de Sophie Fontanel…

    Belle journée, des bises.
    M.

    Répondre
    • May

      Hihi, tu me fais rire Margaux avec tes péripéties. Je crois que j’aurais pu faire, fut un temps, plus ou moins la même bêtise. Il faut bien passer par là pour se rendre compte de l’absurdité de la chose, non ?

      Et puis, cela fait toujours des anecdotes à raconter.

      Des adresses à Londres ? Euh non, je n’y ai pas mis les pieds depuis un bon bout de temps (hélas).

      J’ai lu L’envie de S. Fontanel. J’ai été déçu par la fin. Je crois que je n’ai aimé que la préface(début?) en fait. Je suis peut-être un peu dure, mais c’est la seule partie du livre qui m’a semblé vraiment travaillé.
      Et toi, tu en penses quoi ?

      Je t’embrasse,

      Répondre
  13. Cela demande un vrai travail sur soi de lâcher du lest. C’est faire confiance à l’inconnu, accepter de se sentir un peu nu aussi… Moi j’aime bien les imprévus, me débrouiller, et puis j’ai du apprendre tôt parce que je suis particulièrement tête en l’air. J’ai des petits muscles dans les bras donc pour les voyages, je préfère quand c’est léger pour ne pas être encombrée (la patience de l’homme a des limites, il n’aime pas les grosses valises parce que c’est lui qui porte…^^) Et puis, en tant qu’adepte du Feng Shui, j’ai lu une fois qu’il ne fallait conserver que ce qui nous procure du plaisir, une certaine satisfaction. Donc de temps en temps : ménage de printemps !
    En tout cas, c’est une très belle philosophie que tu appliques et les coeurs sur le lit sont particulièrement craquants !
    Bonne journée !

    Répondre
    • May

      Oh, je me reconnais dans le coté “petit muscle”. C’est sûr que de prendre un plus petit bagage, est toujours beaucoup plus agréable.

      Et pour ton adage du Feng Shui, je crois que je ne pourrais dire mieux. Il y a parfois des choses qu’on garde par “sentimentalisme”, par nostalgie et pour d’obscures raisons et qui au bout d’un moment sont juste de trop. Si on ne veut pas qui nous étouffe, il faut parfois faire le tri.

      Bonne soirée !

      Répondre
  14. Une chose est sûre, GROS coup de coeur pour le look de ton blog !!! J’ai adoré le texte aussi, évidemment ! :)

    Répondre
  15. Je peux dire exactement la même chose.. !! Déménager m’a appris à vivre avec bien peu, avec l’essentiel et j’ai également appris à faire des déco bien simples mais bien mignonnes :-) Je te renvoie à mes articles “Claudia, une vie, deux valises (I) et (II)”, le choix du titre n’y est pour rien :-)

    Bisous à toi !

    Répondre
    • May

      Hop, je file lire tes articles ! C’est marrant comme avec le temps, avec nos échanges, tes articles, je m’aperçois qu’on se ressemble sur beaucoup de points.
      C’est marrant, et chouette.

      Te souhaite une bonne soirée !

      Répondre
      • Moi je trouve (et sans vouloir caricaturer, plutôt en restant dans le sourire et le bonheur) que tu es un peu moi quand j’avais dix ans de moins ou alors je suis un peu toi mais en dix ans de plus :-))

        Bon et ensoleillé weekend ! Je pars me balader…

        Répondre
  16. Coucou!
    Après en avoir beaucoup entendu parler, et parce que j’ai un peu la même philosophie de vie (bien qu’en pratique, ça soit beaucoup plus difficile!), j’ai acheté ce livre. J’ai adoré les deux premières parties, qui m’ont apporté beaucoup de petits conseils pratiques, soit que je connaissais mais n’osais pas appliquer, soit auxquels je n’aurais jamais songé. Et comme je te disais, je me retrouve vraiment dans cet art de vivre, je partage nombre de ses idées. La 3ème partie m’a déçue par contre. Centrée sur le mental, on sent vraiment le livre de développement personnel (soyez forte et motivée…), je n’ai pas du tout aimé. Là encore, quelques conseils intéressants.
    Au final j’ai dévoré ce livre, et je compte le relire pour cette fois prendre des notes sur ces bons conseils dont je parlais. Je pense que, qu’on aime ou non, il est toujours intéressant de lire des points de vue comme le sien, qui se rapprochent ou se détachent du notre, ça nous aide à mieux construire notre schéma, à renforcer nos convictions.

    Passe une belle soirée!

    Répondre
    • May

      Ah, moi, je me suis justement arrêté au milieu de la deuxième partie. Je m’y remets ce week-end ! Parce que bon, avec tous les commentaires positifs que j’ai lu ici, j’ai dû rater un petit truc.

      Di,s, tu as lu l’art des listes du même auteur ? Selon les mots de Camille (dans les commentaires au dessus), il a l’air super. J’imagine qu’il te plaira si L’art de la simplicité t’a (plus que) convaincu.

      T’embrasse, et te dis à bientôt !

      Répondre
      • Eh bien justement, je l’ai acheté aujourd’hui. C’est le seul livre de cet auteur qu’ils avaient à la fnac… Mais c’est toujours ça! Je te dirais ce que j’en pense, promis!

        Répondre
        • May

          Oh, trop marrant ! Les grands esprits se rencontrent ! J’attends ton avis alors. Je pense fortement à l’acheter aussi. :)

          Répondre
          • Me revoilà! Alors, tout comme dans l’art de la simplicité (ouvrage très général, le plus facile pour commencer), il y a dans l’art des listes des choses à prendre et d’autres à laisser. De bonnes idées, et puis des choses qui ne me disent rien du tout. Je me suis rendue compte que depuis que j’avais lu ses livres, je faisais beaucoup plus attention à plein de petites choses sans forcément m’en rendre compte, ni me dire “Pély, tu dois faire ça..” Donc je suis ravie. J’ai noté toutes les idées qui m’intéressaient, et je suis passé aux autres livres: l’art de la frugalité et de la volupté; et faire le ménage chez soi, en soi. Encore une fois, certaines choses m’ont beaucoup “parlé”, et d’autres pas du tout. J’ai retenu plein de petites idées à droite à gauche. Plus mitigée pour 99 objets nécessaires et suffisants, où finalement cette “liste” ne m’a pas vraiment plu, c’est vraiment juste une liste détaillée, et qu’il faut vraiment adapter pour soi. Je vois plus ça comme ce qui est vraiment indispensable, tout le reste n’étant qu’envie et désir. Il ne faut pas se priver, mais être conscient avant d’acheter (et de dépenser des fortunes pour quelque chose qui n’est finalement pas si indispensable).
            Enfin, je n’ai pas du tout accroché à l’art de l’essentiel, je ne me rappelle même plus vraiment de quoi il traite (pourtant je l’ai fini il y a seulement quelques jours), je n’ai pas retrouvé le style d’écriture qui me plaisait, et rien ne m’a interpellé, rien n’a fait tilt. Je me suis forcée à le finir, sans y trouver rien de plaisant.
            Je continue à dire que ce sont des livres où il faut un peu s’accrocher (on peut détester la moitié du livre, mais se régaler de certaines pages, qui valaient la peine de s’ennuyer avant), ne pas tout prendre pour argent comptant mais se poser certaines questions, qui émergent au fil des livres.
            Je suis globalement conquise de ces découvertes, donc je te les recommande vivement!
            Pély

            Répondre
  17. Julia

    Hola May! :)
    Effectivement, cet article me fait beaucoup penser au livre de Dominique Loreau que j’ai lu cet été. J’ai trouvé le début assez bien ficelé. Le fait d’appliquer ce “tri intensif et réfléchi” à différentes catégories (fringues, nourritures, meubles etc…) me paraissait très clair. Et puis au fil de la lecture, je trouvais l’auteure redondante… Je me suis lassée. Mais j’ai gardé quelques points essentiels en tête. J’ai donc trié, jeté, gardé… Et comme tu le dis justement, on se rend compte que ce qui prime, c’est la qualité et non la quantité. Et savoir que l’on se sent bien dans un joli pull, dans un canapé confortable ou que l’on mange dans une assiette joliment décorée, eh bien, ces petits riens, on se rend compte qu’ils comptent beaucoup finalement :)

    A très vite May, et merci pour cet article.

    PS: J’ai aussi acheté “L’art des listes” de D.Loreau aussi. A suivre ;)

    Répondre
  18. Un bel article, avec cette sensation (bien souvent) que j’aime chez toi; de m’y retrouver. Comme beaucoup de personnes j’imagine, mais qu’importe.
    Je n’ai jamais eu cette sensation d’accumulation; étant vagabonde depuis ma naissance, je n’ai cessé au fil des nombreux déménagements de trier-jeter. Par contre, j’ai toujours eu ce “au cas ou” au fil de mes voyages. Il oscille et varie selon la destination, la période. Pour certains lieux, j’ai envie d’y amener ma maison entière, pour m’y sentir comme il faut; et à l’inverse pour d’autres, j’ai l’envie viscérale (comme tu le dis :) ) d’être égoïste et de tout laisser, afin de m’accaparer à moi et moi seule tout ce dont je vais découvrir <3

    Mais l'essentiel demeure fidèle au fil du temps, je ne peux m'empêcher de me trimbaler au quotidien avec certains incontournables, et il en va de même lorsqu'il s'agit de voyager; tout comme je ne peux m'empêcher de revenir avec tout un tas de carnets; qui ne cesse depuis quelques années de s’amonceler sur l'étagère ! Qu'importe si chacun n'est pas encore remplis, au moins je sais qu'ils sont là, et je saurais les utiliser et leur trouver leur "vocation" en temps et en heure :)

    Bon week-end May !

    Répondre
    • May

      Merci Samantha. Tes commentaires sont toujours tout doux.
      Je crois que l’on a la même maladie des carnets, les “au cas où” peuvent parfois être très utiles. Je me souviens de cet été à Paris où je n’avais prévu que jupe, robe et short parce que c’était l’été et que l’été il fait chaud. Je me souviens m’être mordue les lèvres de ne pas avoir prévu de au cas où.

      J’aime beaucoup ta vision des choses, avec cette idée parfois de vouloir emporter ta maison entière pour te sentir chez toi; et puis d’autres noms. C’est une jolie façon d’appréhender les voyages.

      Bonne semaine demoiselle !

      Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)