Les trottoirs au soleil

 

Avril 2011

Demain ,j’aurai 20 ans et 36 mois tout pile.” Je me suis arrêtée à cette phrase la dernière fois où je suis venue ici. Je n’ai pas su continuer et aligner les mots pour décrire l’année écoulée. Tu sais, en un an, j’ai posé mes bagages dans deux pays et quatre villes. Je suis tombé amoureuse de ce pays où le soleil ne se couche jamais. J’ai suivi un master qui me convient si bien si bien. Pour autant, j’ai mis entre parenthèse la Philosophie, les Lettres et cette ville qui fait battre mon coeur. Cette ville si rose.

J’ai avancé en essayant de réfléchir le moins possible à ce que je pouvais rater, aux risques que je n’avais pas pris su prendre et voulu prendre, à cette douce sensation de liberté que je laissais filer entre mes doigts. J’ai douté parfois, j’ai cru souvent et surtout j’ai eu cette impression si agréable d’avancer, de m’apprendre et de savoir vers où je voulais aller. De devenir presque grande. L’avenir est moins flou moins brouillon moins chiffon.

Depuis ce 22 avril, il y a eu les bougies sur le gâteau à souffler, un dimanche de Pâques à l’hôpital pour une lapinette-choupinette, quelques trains ratés. Il y a eu plusieurs livres dévorés, des Mojito en terrasse, et des projets qui sont sur le point d’aboutir qui font sourire et prendre conscience que. Que l’on devient presque grande.  Début avril, je commençais un stage à Paris. Depuis, j’apprivoise cette nouvelle ville à mi-temps, à cloche-pied. Paris et son métro. Paris et ses milles visages. Paris, Paris, Paris. Cela sonne comme une ritournelle. Les questions s’accumulent et des chemins se dessinent. Peu à peu. Paris est devenu très vite une possibilité où je pourrais poser mes bagages quelques années. Paris est plus doux que je n’aurais pu l’imaginer. Plus doux que Madrid. Plus doux que Londres. Plus doux.

Se créer des projets, des histoires pour exister, prendre sens et s’émanciper. Dis, c’est ça alors devenir presque grand ?

 

Mai 2011

Il y a des villes que j’ai aimées dès les premiers instants. Ce fut le cas pour Venise, pour Valencia ou encore Collioure. Il y en a d’autres que j’ai appris à apprivoiser. Ce fut le cas pour Paris. J’aimais le Paris de Balzac et de Zola. J’aimais Paris pour son ciel, pour y flâner et visiter quelques expos. J’aimais Paris sous la pluie, ses réverbères et ses pavés. Je détestais Paris pour son métro, ses quartiers qui font parfois un peu peur et ses prix exorbitants. Je voyais alors Paris comme un pont, une passerelle que je devais prendre si je voulais faire un métier qui me plaisait vraiment, dans une entreprise que j’aurais pu choisir pour elle-même et non en grande partie pour son lieu géographique.

En avril, j’ai posé mes bagages à Paris pour quelques semaines. Puis, rapidement, ce sont des allers-retours quotidiens qui se sont succédés entre Paris et ma ville étudiante. Et malgré ce trajet interminable, je crois que j’ai appris à aimer cette ville immense. J’ai appris à courir entre deux trajets. J’ai découvert cette effervescence propre à Paris, qui fait que l’on bouillonne d’énergie. Que l’on se sent si vivant. Ici, j’ai souvent l’impression que tout est possible, faisable, réalisable.  Paris bouillonne de culture, d’artistes, de poésie.

J’aime ne pas avoir à regarder si tel évènement passera dans ma ville et si je pourrais y aller puisque Paris est le centre de beaucoup d’évènements. J’aime ses théâtres, ses expositions temporaires, ses cinéma d’auteur. J’aime ces univers qui se croisent sans cesse et se confrontent chaque jour. J’aime avoir mille possibilités qui me font face et pouvoir choisir. J’aime tous ses quartiers différents qui me donnent l’impression de voyager à l’intérieur d’une unique ville. J’aime cette sensation d’ivresse parisienne.

Paris, tu paries ? Prochainement.

 

 

Juin 2011

Il parait que. J’emménage à Paris pour le temps de quelques semaines, mois.

 

 

 

Paris, tu paries ?

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Je suis moi aussi “montée” à Paris après la fin des études pour trouver du travail, vraiment à reculons. Et puis j’ai apprivoisé cette ville, j’ai appris à l’aimer et j’y ai passé 5 belles années! ;o)
    Bon séjour parisien!

    Répondre
    • May

      Ce genre de commentaire est plus que rassurant ! J’espère continuer à l’apprivoiser et m’y plaire. Si je m’y plais, c’est ici que je m’installer à la fin de mon Master dans quelques mois, et cela sera mieux pour trouver un chouette emploi.

      A bientôt !

      Répondre
  2. Je pars moi aussi… Les valises sont prêtes, il ne reste plus que le contenu des cartons à méditer, mais ça y est, je retourne à la capitale et ton billet résonne comme autant de baume à mettre sur toutes mes inquiétudes…

    Merci…

    Répondre
    • May

      C’est chouette ça. C’est plaisant de savoir qu’un de mes articles peut être rassurant. J’espère que tu t’y plairas et que tout se passera bien. Et qui sait, peut-être qu’on se croisera !

      Bonne soirée !

      Répondre
    • May

      Roh, merci !

      J’ai hésité, hésité, hésité avant de cliquer sur publier. Je le trouvais un peu trop perso. Trop. Et puis bon alors, lire ça, cela fait chaux au coeur.

      Répondre
  3. Je suis contente de voir que tu te plais dans cette vi(ll)e! Il me semble que c’est dans une semaine que tu entres dans ton appartement parisien.
    Je te souhaite une bonne préparation et une bonne installation. Tu t’installes à Paris quand moi je quitte cette ville.
    Et tu sais quoi ? Comme en cette jolie journée, je n’ai pas envie d’être rabat-joie et bien je ne vais même pas te dire ô combien moi j’en ai soupé de Paris (oupss en ai-je déjà trop dit ??)
    Joli lundi May !

    Répondre
    • May

      Je rentre lundi 4, dans un peu plus d’une semaine du coup ! Tu pars cette même semaine, non ?

      Non, tu n’en as pas trop dit. Et puis, qui sait, peut-être que dans deux mois, je penserais exactement la même chose que toi (même si je ne l’espère pas).

      Bon carton, bon courage !

      Répondre
  4. Hmmmm… tu vas te remplir le coeur, les yeux de milliers de jolis instants et de belles images… :)
    Chanceuse ! ;)

    Répondre
  5. Je me souviens du commentaire que tu avais laissé sur mon billet “être parisien, c’est…” ça m’a fait sourire car je vois que tu es tombée sous la charme de cette ville !
    J’apprécie beaucoup cette ville, mais devoir vivre à 100 à l’heure tous les jours, je crois que ce n’est pas pour moi, je suis trop lente ;)
    Bonne chance pour ta future vie parisienne alors !

    Répondre
    • May

      Ah oui, je me souviens très bien ! J’étais un peu pétrifiée à l’idée de m’installer à Paris. Et puis bon, tout s’est très bien passé, beaucoup beaucoup mieux que ce que je n’aurais pu l’imaginer (bon pour le moment, j’y fais surtout fait des passages…). Au final, on s’adapte rapidement. Tout ce qu’offre une capitale est aussi très agréable.

      Moi aussi je suis assez lente si cela peut te rassurer, et pourtant à Paris j’ai l’impression de bouillonner. Enfin, peut-être qu’avant la fin de l’été, je n’aurais plus qu’une idée en tête “retourner en Province !”.

      A bientôt !

      Répondre
  6. eh bien j’aime beaucoup tes textes : la facon dont tu hésites, avances à petits pas, doutes, te questionnes, t’enthousiasmes pour finalement reculer un peu : paris est une ville de fantasmes on entend tout et son contraire à son sujet. N’empeche que c’est une ville magnifique, romantique ou tout semble possible et à portée de main, meme si le quotidien y est sans doute parfois un peu pesant. c’est cool que tu t’installes là bas, profite bien.

    Répondre
    • May

      Oh merci Soapy ! J’ai hésité trois jours avant de le poster ce texte. Je le trouvais un peu trop personnel. Alors lire ton commentaire me rassure !

      Puis, oui. Je vais tout faire pour profiter, pour découvrir. Cela me permettra de savoir si je veux vraiment y vivre ou si c’est juste un “caprice”.

      Répondre
  7. Bonjour May !
    Merci pour ton passage sur mon blog qui m’a donné l’occasion de me rendre compte que, bien qu’abonnée chez toi par HC, je ne recevez pas tes actus ! Puisque les autres ont commenté je suppose que ça ne le fait qu’à moi ? Est-ce normal, peux-tu faire quelque chose ?
    Voilou, sinon Paris effectivement tant qu’on n’y vit pas je pense que c’est difficile de s’imaginer y vivre, on la préfère pour les visites ; et puis on apprend sûrement à l’apprécier parce qu’on est adaptable à presque tout et surtout parce qu’elle a tellement d’atouts ! Moi je viens en visite chez mon frère le 14 juillet (!). Passe une agréable journée :-)

    Répondre
    • May

      Bonjour, bonjour !

      Pour Hellocoton, mon vrai compte est vie-de-miettes (http://www.hellocoton.fr/mapage/vie-de-miettes). L’autre compte est mon compte “administrateur” chez Hellocoton ! Je n’ai pas mis le flux RSS dans les paramètres pour éviter de faire un doublon.
      Alors tout est normal, ne t’inquiète pas.

      Et pour Paris, j’espère m’y adapter vraiment. Si cela me plait, si je m’y sens bien pour y vivre pour de vrai et pour longtemps, c’est à Paris que je poserai mes valises pour sûrement plusieurs années dès l’an prochain (dès la fin de mes études).

      Bonne soirée !

      Répondre
  8. Très joli billet que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire, oui Paris fascine et fait peur à la fois, c’est un rythme à prendre, un rythme fou, une effervescence comme tu l’as bien dit, des idées qui fusent, une impression que tout est là, tout est possible ! C’est aussi l’impression que j’ai eue, je n’y ai pas vécu, mais fait quelques séjours dont 1 de 1 mois et suis revenue boostée à chaque fois. Bonne chance pour la suite et que Paris t’apprivoise ou que tu apprivoises Paris !! Bises

    Répondre
    • May

      Oh, merci beaucoup Zelda !

      J’espère que cela se passera bien. Ce moyen séjour est une sorte de “test” : si je m’y plais, c’est très certainement ici que je poserai mes valises dès la fin de mon Master. Si je m’y plais vraiment, je chercherai ailleurs (même si niveau boulot, cela ne serait pas top). On verra bien. Merci encore.

      Belle soirée !

      Répondre
    • May

      Je confirmerai/infirmerai ta théorie à la fin de l’été. Pour le moment, je m’y plais beaucoup plus que je n’aurais pu l’imaginer. On verra bien au fil des semaines !

      A bientôt !

      Répondre
  9. kat

    C’est avec un réel plaisir que je relis à nouveau tes mots.Je passais souvent dans l’attente et l’espoir de voir un nouveau texte apparaître par ici.Comme toujours, j’aime dévorer tes jolis textes, reconnaissables entre mille.Tu y mets ta patte que j’adore!On suit le déroulement de tes pensées au fil des mots choisis avec douceur et soin, c’est un je ne sais quoi indéfinissable qui fait que j’aime particulièrement ta façon d’écrire.C’est ce mélange de quotidien, d’un peu de personnel , de questions, de doutes, d’espoir et de rêve qui fait ce tout tellement plaisant à lire.Bon courage pour cette nouvelle vie, pour ces bagages posés encore ailleurs ^^

    Répondre
  10. Coralie

    Je souris parce que j’aime Paris quand je la quitte. J’aime Paris pour un aller et un retour. Pour retrouver mes grands espaces. Je crois que c’est certainement parce que j’y vis tout près. Et que Paris me laisse une idée des heures de transport. Des heures debout dans un train bondé pour rentrer à la maison. Et puis il y a tout de même Paris et mes déambulations. J’aime bien Paris parce qu’au final, c’est beaucoup plus près que Poitiers. Bon emménagement. Et à bientôt très bientôt, j’espère.

    Répondre
  11. c’est super que tu te plaises à Paris alors :)
    Profite bien, j’imagine qu’on a toujours l’occasion de vivre de chouettes choses, et de se faire des souvenirs précieux…

    Je ne suis jamais allée voir ailleurs que Paris pour ma part, et quand j’y réfléchis je me demande… dans un sens j’ai l’impression qu’elle ne me manquerait pas, et dans un autre, je me dis que peut-être que je découvrirais qu’en fait j’y suis plus attachée que je pense :)

    peut-être qu’un jour je prendrai le temps, et je découvrirai tout ça ^^
    prends soin de toi!

    Répondre
    • May

      Merci beaucoup !
      Oui, pour le moment, je m’y plais beaucoup. Le fait que je ne doive pas prendre le métro pour rejoindre mon lieu de stage et que j’habite dans le centre de Paris doit y être pour beaucoup. Je ne suis pas plongée dans le brouhaha du métro. Puis, il y a toujours mille choses à faire et à découvrir, et ça, c’est vraiment bien bien bien.

      Répondre
  12. Je suis certaine que tu te plairas à paris, il y a tant de choses à voir!
    Je te souhaite bonne chance et bonne installation!

    Répondre
    • May

      Oh merci beaucoup beaucoup !
      Pour le moment, je m’y plais bien beaucoup. Je confirmerai mes premières impressions à la fin de l’été.

      Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)