The Social Network, David Fincher

Lorsque j’ai entendu parler d’un film sur Facebook – The Social Network – je me suis dit que j’irais le voir à coup sûr. Pourtant deux semaines après sa sortie, je n’y étais toujours pas allée. C’est chose faite depuis samedi ! Je n’avais lu que des critiques positives sur The Social Network (sauf une !) et j’étais impatiente de le voir.

J’ai aimé The Social Network . J’ai trouvé le film court et je n’ai pas vu le temps passé. Lorsque le générique de fin est arrivé, je pensais que nous en étions juste au milieu de l’histoire. J’ai pourtant tendance à m’ennuyer rapidement et à penser que beaucoup de films traînent en longueur. Pour une fois, ce fut plutôt l’inverse. En sortant de The Social Network , j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose, un point final. Je m’attendais et j’attendais, je crois, une réflexion philosophique ou sociologique. II n’y en a pas eu. Je m’attendais en quelque sorte que l’on pense pour moi, que l’on me dise ce que je devais penser, quelle était la morale. Le film ne prend pas parti et ce n’est pas peut-être pas plus mal. A coup sûr même.

J’ai apprécié la façon dont il a été filmé. Cette façon de ne pas mettre en scène, comme le cinéma américain sait si bien le faire un méchant, un gentil et une fin idyllique ou à l’inverse catastrophique.J’ai aussi apprécié la distance prise, cet espace où l’on se glisse et où toute la réflexion est laissée au spectateur. Le film n’a rien d’angélique où Marc Zuckerberg serait vu comme un Dieu ou alors, au contraire, diabolisé. J’aime cette demie mesure, ces portes laissaient ouvertes.

La vitesse du film est vertigineuse et souligne à merveille la rapidité où tout se forme dans cette nouvelle société, où l’ascension sociale est fulgurante et ne laisse rien sur son passage. J’ai aimé toutes ses oppositions qui font la richesse du film : – pour commencer, par cette phrase énigmatique sur l’affiche du film (est-ce une tournure positive pour dire que quoi qu’on fasse, on aura toujours des ennemis ?  ou à l’inverse, cela signifie-t-il que Marc Zuckerberg serait pret à tout afin d’obtenir ce qu’il désire ? ) ;  – ces étudiants en tong et buvant des bières, et ces deux procès seulement quelques années plus tard ; – ces dialogues renversants et la lenteur du personnage dans son monde ; – cette unique et persistante amitié assassinée en quelques mois et oubliée en quelques minutes. Et bien sûr, l’opposition entre les valeurs que prônent Facebook – le partage et la transparence de la vie privée, le diktat de l’amitié et de l’échange – et les valeurs réelles des principaux créateurs ; cet abîme entre la communication oppressante des réseaux sociaux et le mutisme entre les personnages.

J’ai enfin et surtout aimé la porosité de The Social Network qui ne dit pas tout, qui laisse à penser. J’ai aimé ne pas savoir quoi penser de Marc Zuckerberg lorsque je suis sortie du film. J’ai aimé ne pas savoir le classer, ne pas pouvoir dire si c’est un «gentil», un «méchant», ou simplement et justement un homme : est-ce que l’on aurait mieux agis à sa place ? J’ai aimé penser, que même si on scande à tout va que la vie privée est une notion révolue, elle ne l’est pas totalement. Que chaque homme est un mystère en soi et que cette limpidité, cette absence de secret associé à Facebook n’est qu’un leurre puisqu’il s’avère déjà difficile de comprendre son créateur.

J’ai aimé me poser des questions et ne pas trouver les réponses.

Et vous, avez-vous aimé ?

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Il est sur ma liste de films à voir…Mais demain ça sera Arthur et les minimoys en amoureux, parce que j’ai besoin d’un peu de douceur.

    (Et voilà comment depuis 14h, je surfe sur internet, je suis à l’affut de la moindre petite chose à faire pour ne pas aller réviser….)

    En tous cas ton avis me donne encore plus envie d’aller découvrir ce film :)

    Répondre
    • May

      Alors, alors, tu es allée le voir ? Tu en as pensé quoi ?

      *mode curieuse*

      Répondre
      • nan jsuis pas allée le voir finalement…manque de temps et de sous, j’attend ma bourse la –‘

        Répondre
  2. Je dois aller le voir depuis sa sortie et puis il y a toujours un contre-temps! Pourtant j’ai vraiment envie de le voir! Merci pour cette critique :)

    Répondre
    • May

      Je pose la même question qu’à Katia, alors tu as trouvé le temps (et aucun contretemps ! ) pour aller le voir ?

      Je serais curieuse d’avoir ton avis. :)

      Répondre
  3. Je ne suis pas encore allée le voir, mais on a bien envie avec Olivier.
    Ta critique me donne plus envie d’aller le voir que celle de Sarah… Après à moi de me faire ma propre opinion.
    Sinon, je suis allée voir “les petits mouchoirs” hier, c’était vraiment pas mal :)

    Répondre
    • May

      “Ta critique me donne plus envie d’aller le voir que celle de Sarah”. Je souris.

      Je ne sais pas si tu as trouvé le temps d’aller le voir. Tu me donneras ton avis et ton ressenti, si c’est le cas, dis ?

      ( et oui, je réponds aux commentaires dix ans après, manque de temps quand tu nous tiens…)

      Répondre
      • Non, je ne suis pas allée le voir. Mon chéri en revanche oui, il a bien aimé.
        Ce week end, on va certainement allez voir “burried” ds un tout autre genre ^^

        Bises, passe un bon week end :)

        Répondre
  4. Moi j’ai pas du tout aimé, j’y suis allée cet aprem. J’ai pas trouvé le film long (sauf que j’ai commencé à en avoir marre à la dernière demi heure) mais trop de blabla pour rien. Et puis une envie de secouer les mecs, je les trouvais mou et neuneus

    Répondre
    • May

      Je crois que les personnes qui sont allées voir ce film on soit aimé énormément (comme moi), ou pas du tout (comme toi).

      C’est toujours intéressant d’avoir d’autres point de vue.

      Répondre
  5. Mmh moi je n’ai pas été très emballée non plus… Et pourtant, tout comme Sarah, j’ADORE David Fincher, il ne m’avait jamais déçue jusque là. Enfin je ne sais pas si je suis déçue car, d’un côté, tout comme toi, j’ai aimé les paradoxes de ce film, notamment le fait que les personnages principaux sont relativement antipathiques, penchant plus vers le noir que le blanc pour suivre leurs ambitions personnelles. C’est vertigineux, on se demande ce qu’on aurait fait à leur place. Il y a ses grosses déceptions et ses principes différents sur l’amitié qui s’affrontent, sur la vie privée aussi.. Ce film m’a fait un peu froid dans le dos. Mais c’est aussi pour ça que je l’ai apprécié. En définitive, j’ai rarement eu autant de mal à me faire un avis tranché sur un film (je suis allée le voir le soir-même de sa sortie) et je crois que j’aurais besoin de le voir une nouvelle fois pour ça. Les scènes et les dialogues vont très vite, un second visionnage ne me semble pas de trop pour mieux apprécier l’histoire. Ah et un truc qui m’a un peu énervé aussi, c’est que Jesse Eisenberg (l’acteur qui joue Marc), il a quand même 27 ans et ça fait 27 ans qu’on lui fait jouer le même rôle de puceau coincé autiste et asocial oO

    Répondre
    • May

      Je voulais te répondre bien, plus en longueur et au final, je n’ai toujours pas répondu : shame on me !

      Je n’ai pas tant de choses à rajouter. Je dois dire que j’aime beaucoup ton analyse assez subtile et faite de demie-mesure.

      Pour le reste, je suis assez d’accord. Même si tu commences par une approche négative, on a ressenti plus ou moins les mêmes émotions face au film en fin de compte.

      Puis, j’espère que tu vas bien. :)

      Répondre
  6. Je viens t’écrire un commentaire, en aucun rapport avec ton article. J’ai envie de te dire ce que je suis en train de penser avec moi même à l’instant sinon je vais oublier.
    Je me disais que c’est les blogs comme le tient qui me plaisent vraiment, un véritable espace d’échange comme je les aime. Je m’ordonnais de venir après mon CM de cette après midi passer du temps sur ton blog pour rattraper mon retard (je déteste ça, ne pas lire tout ce que tu nous raconte). Fichu temps qui me manque… Et ma conscience me réponds (oui dans ma tête on se fait des dialogues tu verrais comme on s’amuse, lol) : “oui en plus ça va te remonter un peu le moral vis à vis de cette journée où tu ne sais quoi te mettre et où la flemme à une grande envie de s’emparer de toi mais tu n’as pas envie de la laisser gagner…” et je lui ai rétorqué qu’elle avait raison et que j’avais hate de venir à nouveau ici, qu’il devrait y avoir que des carnets comme vie de miettes, que j’ai peur qu’un jour on arrête et qu’on perde de vue tous ces personnes qu’on aime à travers la toile et que propablement on oubliera…

    C’est pas très littéraire, on est familiers dans ma boite cranienne! J’espère que c’est compréhensible. Des bisous, à toute à l’heure :)

    Répondre
    • May

      Comme pour Mlle Mandarine, je voulais te répondre bien et en longueur, et au final je ne t’ai pas répondu du tout.

      Ton commentaire m’a fait sourire en immense. J’étais en cours lorsque je l’ai reçu d’ailleurs. Et ce genre de message lorsque tu t’ennuies un peu trop, c’est vach’ment chouette je dois dire. Cela t’injecte de la bonne humeur pour toute la journée.

      Et puis non, mon petit blog ne fermera pas: j’y tiens beaucoup beaucoup trop ! Alors, non ! :)

      Répondre
      • Et je m’en veux. J’ai jamais le temps de visiter ton blog comme il se doit, alors que je sais que ça me ferais du bien :)… I ll be back !

        Répondre
  7. J’aime ne pas trouver de réponses à mes questions, mais j’aime encore plus trouver des questions à mes réponses.

    J’aimerais bien aller voir ce film :)

    Répondre
    • May

      Il faut que t’ailles le voir, il est chouettement chouette, tu verras.

      (enfin faut être un peu geekette pour apprécier, je crois en fait…)

      Répondre
  8. Je suis toujours frustrée, moi, quand je sors d’un film la tête pleine de questions sans réponses ^^ Mais c’est vrai qu’il vaut généralement mieux un film qui ne prend pas parti, et dont le but et de nous faire réfléchir.
    Je n’ai pas vu The Social Network, et pourtant j’en avais envie. Mais ça ne branchait personne dans mon entourage, j’ai laissé traîner, et je l’ai raté. J’en avais entendu de très bonnes critiques, et j’étais plutôt intriguée par la prestation de Justin Timberlake, je voulais voir ce que ça donnait. Quoiqu’il en soit, dès sa sortie dvd, je cours le louer!

    Répondre
    • May

      J’aime bien avoir mille questions dans la tête lorsque je sors d’un film. J’aime peut-être bien être “frustrée” en fait. Cela me donne l’impression d’être active.

      Ah oui, si tu as l’occasion de le voir ; je ne peux que te le conseiller comme tu l’auras compris. Il est chouette comme film.

      A bientôt,
      May

      Répondre
  9. Je l’ai enfin vu. Et je crois que j’ai aimé. Au début on perd un peu pied et puis on entre dans l’histoire sans vraiment s’en rendre compte. J’ai aimé, comme toi, me demander au final qui est Mark Zuckerberg. Au final je ne crois pas qu’il soit question de bon ou de méchant. Je crois que c’est juste un type hors du monde, hors réalité, à fond dans son truc. Ils le sont tous un peu d’ailleurs, à leur façon. Ce sont tous de grands malades non?

    Répondre
    • May

      Oui, ce sont des grands malades.
      Après bon, on est tous un peu dans notre monde quand on a une passion, un petit quelque chose qui nous fait bouillir de l’intérieur et qui nous amène à nous dépasser (que cela soit un art – tiens, cela me fait penser à Black Swan d’ailleurs, tu l’as vu ? -, ou l’informatique). Après, je ne sais pas si ce n’est normal/bien/mal/inévitable de laisser ses amis et ses valeurs sur le coté pour cette passion et, tu as sûrement raison, ce n’est peut-être pas la question !

      T’embrasse demoiselle

      Répondre
      • Oui j’ai vu Black Swan mais ça ne me fait pas le même effet. Elle, même si sa passion la rend dingue aussi bah sa passion au départ me semble plus saine. Tout cet univers virtuel et tout ce qui va avec les rend complétement maboule je trouve et nous aussi ça peut vite nous rendre fou et dépendant donc je pense qu’il faut utiliser tout ça avec parcimonie.

        Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)