Le rapport entre l’art et la nature

En ce moment, je dois faire une analyse-synthèse sur le rapport entre  le paysage et l’art dans l’histoire, et plus particulièrement de l’art contemporain et du land-art. Je dois la rédiger en espagnol pour un plus de piment !

Autrement dit, ma prof d’histoire de l’art m’a donné deux livres et un dossier. Elle m’a dit “rend-moi un travail là-dessus, une analyse comparative” .  Je ne comprends pas trop le rapport entre :

  • un livre assez objectif et philosophique sur le rapport qu’entretient l’homme avec la nature de l’antiquité à aujourd’hui – dire que je ne comprends pas le livre tout court ne serait pas très éloigné – ,
  • un livre plus artistique et subjectif sur l’idée de la nature dans l’art contemporain avec plein de jolies images,
  • un dossier énorme où il y a des textes sur tout et n’importe quoi en rapport avec l’art, la nature, et parfois les deux.

Je lui ai envoyé un mail pour lui dire que je ne savais pas trop ce que je pouvais comparer entre tout ça. Elle m’a répondu que j’étais sur la bonne voie. Je n’ai pas compris.

Alors je lis des bidules sur l’art, la nature, et parfois les deux. Cela fait des noeuds énormes dans mon estomac et la page qui reste toujours aussi blanche. Je crois que je ne comprends absolument rien.

Il n’y aurait pas un passionné d’art et de synthèse dans la salle par hasard ?

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Euh… Pas moi! J’ai beau m’ennuyer, ça, ça me dit rien du tout!! Alors, bon courage surtout.
    Dis May, je ne sais pas si c’est que chez moi mais quand je descends jusqu’au pied de page, à un moment donné, il n’y a plus de fond. Juste du blanc.
    T’embrasse.

    Répondre
    • May

      *sourire*

      Cela fait partie des joies de la Philosophie. ^^

      Ici, cela fonctionne bien. C’est toujours tout blanc chez toi ?

      Répondre
      • Ui. Toujours tout blanc à partir d’un moment. L’essentiel est que je puisse lire tout de même… ;)
        Tu t’en sors?

        Répondre
          • C’est bon! Enfin, sur mon ordinateur mastodonte de bureau tout fonctionne. j’en conclue que c’est sur le minuscule qu’il y a un truc qui cloche! Désolée…
            Bonne journée à vous!

            Répondre
            • May

              Chouette !
              En fait, je n’avais pas mis de “background repeat” mais cela se répétait quand même chez moi. Antho l’a rajouté hier soir.
              Cela devrait fonctionner “normalement” si cela viendait de là.

              Des bisous, et une bonne journée aussi.

              Répondre
  2. Hello ma cocotte!!!

    Je passe en coup de vent la plupart du temps sur ton blog et n’ai plus le temps de laisser un petit com’. Promis, je me poserai à nouveau un peu plus.

    – très très joli blog!! Il te ressemble beaucoup
    – cette police me donne envie de ne faire AUCUNE faute d’orthographe

    et puis évidement: félicitation!!!

    Gros gros bisous

    Répondre
    • May

      :)

      Merci, merci, merci.

      L’essentiel est que tu ailles bien et je crois que c’est le cas, donc. :)

      Je t’embrasse.

      Répondre
  3. Coucou May,
    Je ne pourrais pas t’aider sur l’art, mais je peux te donner quelques pistes pour la méthodologie.

    L’exercice de synthèse consiste à faire du tri dans une multitude d’informations pour en faire ressortir des idées-forces au service d’une argumentation. En d’autres termes, il est normal et positif (ça doit être le sens de la réponse du prof) que tu sois perdue parmi plein d’idées, l’étape suivante étant de trouver une ligne directrice qui, par définition, ne saurait être exhaustive. C’est difficile, car cela suppose de mettre de côté plein d’infos, et le tout est de ne pas passer à côté de quelque chose d’important.

    C’est là que les différents supports peuvent t’aider: une perspective historico-philosophique (le premier livre), une perspective esthétique, et un patchwork duquel tu dois pouvoir extraire des idées, soit parce qu’elles reviennent dans plusieurs documents, soit au contraire parce qu’elles détonent. Un tableau “thèmes récurrents” et “thèmes isolés” peut t’aider à défricher tout cela.

    Une bonne analyse comparative s’appuiera sur ce travail préparatoire, tout en le dépassant (éviter un plan 1. “points communs” 2. “différences”, préférer un cheminement argumenté qui intègre dans chaque partie la mise en valeur des idées-forces et des divergences).

    Tout cela est plus facile à dire qu’à faire… N’hésite pas à noircir des pages de brouillon à partir des thèmes dominants. A force, tu feras émerger un “tri”, une hiérarchie, et tu pourras avancer. Bon courage.

    Répondre
    • May

      Merci David pour tes conseils ! Le problème est surtout que je ne maitrise pas du tout le sujet et que j’ai de GROS problèmes de motivation.

      J’ai lu les livres, il y a un petit moment et je n’ai retenu que très peu de choses: j’étais plus motivée par le concours d’entrée pour le Master que par la lecture de livres sur l’histoire de l’art en espagnol.

      Du coup, ce que j’ai souligné dans les livres ne me rappellent quasiment plus rien.
      Il va falloir que je m’y mette, pour de vrai cette fois ( et que j’arrête de me plaindre ! ^^).

      Je n’ai pas trop de problèmes de méthodes (enfin je crois): quoi qu’il est toujours bien de l’entendre à nouveau ( merci ! ). Ta méthode avec un cheminement argumentatif est la meilleure. Elle demande aussi de vraiment maitriser le sujet.

      Pour le moment, j’ai commencé un plan bateau chronologique et pas top : 1) le rapport de la nature et de l’art dans l’histoire jusqu’à 1960 en gros – la nature est perçue comme symbole pour voir le Réel ou comme simple ornement jusqu’au 19°, puis comme modèle avec l’impressionnisme, 2) l’art contemporain ( la nature vu alors comme un matériau ou comme un support ).

      Je me dis que de commencer comme ça me permettra de comprendre mieux le thème, de saisir au mieux les réflexions des philosophes sur l’art et la nature.

      Puis si j’ai le temps, et normalement je l’aurais, je le reprendrais pour en faire quelque chose de plus construit et de thématique.

      Je suis une Erasmus, il faut être gentil avec les Erasmus, non ?

      Répondre
  4. J’ai cherché pendant une bonne heure, chez moi, ce que j’avais bien pu faire des mes cours d’histoire de l’art et de ma méthodologie de travail pour ce que mon professeur d’arts visuels et appliqués appelait “mise en réseau, synthèse de documents” (qui consistait à mettre en relation trois documents ou plus, d’artistes différents, de medium différents, d’époque et de mouvements différents afin de développer une sorte de dissertation néanmoins très organisée).

    N’ayant rien retrouvé de tout cela (sic), je me suis donc résolue à faire quelques recherches sur le net pour parvenir à retrouver l’esprit du land art qui m’avait touché à l’époque. Je pensais t’en faire un résumé, t’en ressortir les grandes idées, les noms importants, tout ça.. Et puis je suis tombée sur cet article :
    http://www.edit-revue.com/?Article=99

    Certes, il est plutôt long, mais il est très important que tu ailles jusqu’au bout de sa lecture pour comprendre l’esprit du mouvement. Même s’il reflète par moment un point de vue forcément subjectif, il n’en reste pas moins qu’il développe des idées très représentatives du land-art et de la pensée des artistes à l’époque. J’espère donc que cela t’éclairera un peu sur le sujet.

    Et, concernant la méthodologie, pour ce qu’il m’en reste, il fallait faire quelque chose comme ça :

    • Une introduction de quelques lignes replaçant contexte (le contexte du mouvement en lui-même, au niveau social, politique, artistique ou autre… bref ce qui a fait qu’à l’époque, il a été lancé), les œuvres ou le mouvement étudié (une brève description pour éclairer quelqu’un qui ne serait pas au courant du sujet dont tu parles), ta problématique (la question, la ligne directrice de ta synthèse, l’idée que tu vas chercher à développer tout au long) et l’annonce de ton plan.

    • Le plan en question, là tu as deux possibilités :
    – soit tu décris séparément les œuvres et les artistes dont tu as décidé de parler (sur lesquelles tu veux appuyer ton propos), tu mets en avant leurs différences et leurs points communs sans les comparer directement et, dans une dernière partie, tu les confrontes pour répondre à ta problématique.
    – soit tu découpes tes paragraphes selon des idées, des notions différentes et tu confrontes dans chacun d’eux les œuvres/artistes (au minimum deux par paragraphe, sinon plus).

    • Une conclusion dans laquelle tu vas répondre de façon claire (une phrase ou deux) à ta problématique en rappelant brièvement les thèmes sur lesquels tu as appuyé ton propos, puis une ouverture logique (qui reste dans la continuité de ton propos et qui peut, par exemple, poser la question des médiums qui seraient utilisés aujourd’hui pour le land art *ça reste un exemple, mais ça peut être n’importe quoi d’autre hein*).

    Voilà, j’espère que ça t’aidera un peu. Bon courage en tout cas ;)

    Répondre
    • May

      Oh merci, quand j’ai lu ton commentaire juste après celui de David, je me suis dit que vous étiez vraiment fou de prendre autant de temps pour m’aider.
      Merci mille fois !

      Je n’ai pas encore lu l’article que tu m’as mis en lien. Je le ferai demain. J’ai lu plein de choses sur le land-art hier. Ton article sera donc la conclusion de mes lectures !

      J’ai commencé par faire un plan avec les oeuvres mais je sais (tout au moins en philo et en France ) que les profs n’aiment pas trop ça. Ils préfèrent par thème en général. C’est plus recherché et cela demande une plus grande maitrise du sujet ( peut-être qu’en Espagne, c’est différent !).

      Bref, je commence par faire une analyse par oeuvre afin de mieux maitriser le sujet: j’en ai besoin !
      J’essayerais après de le reprendre pour en une analyse par thème plus fine. Et je croise les doigts pour l’indulgence de ma prof envers une petit étudiante erasmus ( bien que je n’y crois pas trop ! )

      Merci mille fois, vraiment. Cela fait deux mille fois merci en tout. ^^

      Répondre
      • Héhé ben c’est qu’on a vraiment envie de t’aider, c’est pour ça !

        Pour l’analyse par thème, c’est sûr que c’est plus compliqué, néanmoins, si tu ne veux pas perdre ton temps et que ça finisse par te sortir par les yeux, plutôt que de faire d’abord une analyse par œuvre et puis par thème (deux rédactions donc !), essaye de noter sur un brouillon toutes les observations et idées qui te semblent importantes à faire sur chacune des œuvres, indépendamment et après, essayent de les regrouper en plusieurs idées/axes différentes. Tu auras alors ton plan de dressé facilement sans avoir eu à peiner pour rédiger deux synthèses. ;)

        Répondre
  5. La nature est artistique… l’art (et l’artiste) sont inspirés par la nature…
    Donc, l’art s’inspire de l’art !
    (C’est très tiré par les cheveux j’avoue ^^)

    En tout cas, bon courage ! :)

    Répondre
    • May

      Hihi !
      Tu me fais rire dans tous les cas. Tu crois que je peux lui rendre ça ?

      Je t’embrasse et je prends ton courage au passage. :)

      Répondre
      • Ca serait à double tranchant : soit ça plait, soit ça plait pas….
        Mais j’aurais tendance à dire que ça ferait mauvaise impression quand même ^^

        Répondre
  6. Pour ajouter quelque chose à l’immense travail de Mandarine, je me souviens avoir fait quelque chose de ce style; A ceci près que la culture remplaçait l’art. Il fallait donc comparer nature et culture.
    Je pense que je partirai de la notion de créativité. La nature crée et on peut jouer avec elle pour créer quelque chose ou récupérer certains de ses éléments. A l’opposé l’art est selon moi une expressivité de sa propre personnalité et émane donc de soi-même. C’est une façon d’exprimer sa sensibilité.
    Le land-art est un mix des deux mais à partir du moment où c’est une personne qui crée, la notion est différente.
    Je ferais aussi allusion à la différence entre l’art (création artistique) et la beauté, l’esthétisme (de choses, de paysages) etc.

    Répondre
  7. (expérience d’une ex-erasmus : les profs ne sont pas plus indulgents avec toi MAIS tu as l’avantage d’avoir été formée à la rédaction de disserte et à l’organisation de ta pensée (et même si tu dois saturer des plans en trois parties, j’ai quand même pour le coup remercié le système français qui nous cadre énormément)- je ne sais pas comment c’est en Espagne, mais en Irlande, les profs répétaient en cours de master (!) aux étudiants que “ce serait bien” (sic) s’ils pouvaient faire une introduction et essayer de penser à une conclusion. Du coup, ils aimaient beaucoup mes essays qui, même s’ils ne développaient pas des idées révolutionnaires, avaient une cohérence et une logique. Je ne sais pas si ça te rassure, mais euh, voilà :) bon courage !)

    Répondre
    • May

      Merci !

      J’espère que c’est pareil en Espagne. Disons que les seuls “ensayos” que j’ai fait, soit ils étaient compris avec une autre note, et je n’ai jamais su ma note pour cette partie-là. Soit, j’ai su que j’étais “reçu” mais je n’ai pas su ma note. J’ai demandé plusieurs fois si je pouvais savoir ce qui allait, ce qui n’allait pas pour m’améliorer au prochain. Je n’ai jamais eu de réponses. Je me demande parfois même si elle les a lu. C’est assez bizarre.

      Disons que là où en France, on a 2 auteurs à connaitre/comprendre, en Espagne il y en ont 50 ( pour ce cours, c’est encore pire… ). En bonne française, j’essaye d’approfondir et de comprendre tout et je me noie. Si les espagnols approfondissent tout, c’est que le niveau doit être vraiment très élever. Sinon… .
      Dans ma tête, on fait une synthèse seulement lorsqu’on maitrise bien les idées des personnes dont on parle.

      De la même façon, elle a donné des extraits ( et des livres ) en français pour cette synthèse. Je ne suis vraiment pas sûre qu’elle comprenne le français ( je lui avais demandé lorsque j’avais vu les livres sur la liste en début d’année. Elle m’avait dit que son français datait de l’université. Et pour que je comprenne un jour qu’elle me parlait de Diderot, elle avait dû l’écrire… Bref ! ) et encore moins ses élèves. Alors si les élèves prennent le temps de lire/comprendre 200 pages en français alors qu’ils ne maitrisent pas la langue, c’est aussi que le niveau est très élevé. Sinon … .

      Ils veulent des “ensayos” longs avec beaucoup de références en bas de pages. Un bidule qui fait vraiment très sérieux, mais c’est peut-être juste qui “fait”.

      Je crois que cela ira, si cela a été pour les deux premiers. :)

      Répondre
  8. Je pense que Mélie elle a bien raison… mon expérience me dit pareil. Je suis espagnole et ai effectué des études littéraires et linguistiques, et en France et en Espagne, dans mon pays d’origine sont beaucoup plus laxistes, c’est pour cela que je crois que le système français de dissertation, commentaire composé et tout le tralala va bien t’aider à argumenter correctement cette analyse. Je me souviens que les profs espagnols ont même du mal à bien définir ce qu’ils veulent, quand ils disent “análisis” o “síntesis” va savoir s’il s’agit d’un écrit type dissert ou autre chose ! puis encore… au fond de son petit coeur et son costume d’enseignant, ton professeur ne va pas oublier que tu es française… j’en suis persuadée !! :-) Bon courage… !!!

    Répondre
    • May

      C’est tout à fait avec cela que j’ai un peu de mal. Je ne sais pas trop où ils veulent en venir. Puis, je suis loin de m’exprimer comme une espagnole. Il faut juste que je prenne un peu de recul et que je fasse pour le mieux. :)

      Je pense que cela ira. Enfin, je l’espère. Cela a été pour les deux premiers comme je l’ai écrit au dessus à Mélie.

      Il n’y a pas de raison. :)

      Répondre
  9. En tout cas j’te souhaite bon courage, c’est vraiment pas simple XD. Pour tes réponses, je te remercie, mais j’arriverai jamais à faire des choses comme tu le fais. Mon niveau est bien trop médiocre. D’ailleurs j’adore tellement le design de ton site =).

    La bonne nouvelle, c’est que j’ai décroché mon concours, je suis tellement heureuse. A moi l’école d’infirmière à la rentrée =).

    Gros Bisous & à Bientôt !!!

    Répondre
    • May

      Oh, si tu y arriveras. Il faut juste être patiente et avoir du temps devant soi. :)
      Si tu as besoin d’aide, je pourrais toujours essayer de t’aider même si je ne te promets rien.

      Félicitation pour ton concours. Tu le mérites. Tu vas pouvoir décompresser et profiter de tes vacances maintenant.

      Félicitations encore, encore, et encore. On ne le dit jamais assez.

      Répondre
  10. Tout simplement sublime de douceur, merci. C’est exactement ce dont j’avais besoin en ce moment.
    (et j’ai fais un petit article chez moi)

    Merci, Coeur.

    Répondre
    • May

      De rien, de rien.

      Une pluie de douceur, c’est toujours tellement agréable à recevoir par surprise.

      J’espère que tu vas bien.

      Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)