Les monologues du vagin, 3T

NB: Comme je vous l’ai écrit sur les derniers articles, je viens de passer sous WordPress. Il est possible qu’il reste  néanmoins quelques bugs. Si vous rencontrez des soucis, n’hésitez pas à me laisser un petit message. Je les corrigerais au plus vite !


“Aimer les femmes, aimer nos vagins, les connaître et les toucher, se familiariser avec ce que nous sommes et avec ce dont nous avons besoin. Arriver à nous satisfaire nous-même, apprendre à nos amants à nous satisfaire, être présentes dans nos vagins, parler d’eux à haute voix, parler de leur appétit et de leur souffrance, de leur solitude et de leur humour, faire qu’ils soient bien visibles pour qu’on ne puisse plus impunément les saccager dans l’ombre, et pour que ce qui est notre clef de voûte, notre épicentre, notre essence, notre rêve ne soit pas plus longtemps brimé, mutilé, paralysé, brisé, invisible ou honteux. « Vous devez parler de la façon dont on entre dans un vagin », m’a dit un jour une des femmes que j’ai interviewées. Et j’ai répondu : « Allons-y, entrons ».”

Les monologues du Vagin, Eve Ensler

***

Samedi soir, je suis allée voir  Les monologues du Vagin. Cela faisait quelques années que je voulais aller voir cette pièce dont j’avais entendu beaucoup de bien. Elle est jouée dans le monde entier et rencontre un énorme succès.

A chaque fois qu’elle passait, je n’avais pas pu m’y rendre ! Ce fut enfin chose faite samedi.

Je ne parle pas beaucoup de théâtre ici. C’est pourtant un art qui me touche beaucoup. J’ai fait du théâtre  lorsque j’étais au lycée. Grâce à cette option,  j’y allais environs deux fois par semaine.. J’ai adoré cette période. C’était la plupart du temps un véritable plaisir, même si certaines pièces m’ont laissée parfois dubitative. J’aime me rendre au théâtre. J’aime assister à une représentation, puis les minutes qui la suivent. Il y a toujours une symbiose avec la salle, un rapprochement né de l’oeuvre jouée. J’aime laisser le temps filé à se raconter nos impressions.

Revenons à la pièce ! Les Monologues du Vagin parle du vagin comme le titre l’indique, plus précisément du rapport qu’entretiennent les femmes avec celui-ci. C’est un pièce drôle, intense et à aucun moment vulgaire. Elle est fondée sur plus de 200 entretiens de femmes que l’auteur, Eve Ensler a réalisé. Les témoignages sont souvent drôles, parfois durs. Ils collent toujours avec la réalité. Les extraits choisis sont remplis d’émotion et de poésie.

Durant les une heure trente de  la représentation, je suis passée par un éventail d’émotions. J’ai ri, ai été en colère contre les injustices faites aux femmes. J’ai souri, j’ai été émue aux larmes. J’ai ressenti de la douleur, de la joie, parfois un certain malaise. Les mots sont justes et font corps avec le  réel. Ils nous bousculent et nous entrainent dans leur danse.

Les trois actrices interprètent merveilleusement bien cette pièce. Bon, je ne vous en dis pas plus mais si vous avez la possibilité d’aller voir la pièce, allez-y ! C’est une pièce à voir, à entendre, à ressentir. Puis, si c’est une pièce sur le vagin, elle n’est pas pour autant réservée aux femmes ! Messieurs, vous êtes les bienvenus. La pièce est actuellement jouer au 3T à Toulouse jusqu’au 29 mai 2010. C’est un café théâtre très agréable et intime. Il se situe vers la gare Matabiau.

Si vous voulez en savoir plus ou tout simplement réserver, c’est ici que cela se passe. Vous pouvez aussi lire le texte ici.

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. J’ai toujours eu envie d’aller voir cette pièce.
    Je fais rarement ce que je voudrais faire, et c’est ma seule faute, je me trouve toujours autre chose à faire (rien, la plupart du temps).

    Mais tu me donnes encore plus envie d’aller la voir. Un jour peut-être ?

    PS : pour une inculte : ça change quoi, wordpress ?

    Répondre
    • May

      Avec WordPress, tu es entièrement libre de faire ce que tu veux. J’ai fait mon thème de A à Z.

      C’est toi qui gère ton code. Cela te permet d’avoir un code propre ( ça, c’est pour faire plaisir à l’amoureux, héhé ! ) et sans aucune pub aussi.

      Puis pour des exemples un peu plus concrets, tu peux faire des pages ( par exemple pour te présenter) où aussi, c’est toi qui fait ton code alors elles pourront être entièrement différentes du corps du reste du blog. Pour les commentaires aussi, tu es libre. C’est aussi possible avec Blogger pour les commentaires je crois, mais c’est plus compliqué.

      Enfin, c’est chouette chouette chouette. Cela permet d’avoir un espace qui te ressemble vraiment.

      En fait, c’est toi qui gère ton code, le HTML et CSS, en général sur les autres plateformes à ma connaissance, tu gères au mieux que le CSS.

      Répondre
      • Okay !
        Je vois qu’il y a des choses différentes, cependant je ne parle pas la langue CSS et HTML. Mais je te crois ! ;)
        Merci pour ta réponse :)

        Répondre
  2. ça a l’air sympa cette pièce, c’est vrai que j’en ai bcp entendu parler :)
    moi qui ne suis pas trop théatre, j’avoue que celle ci me plairait bien :)

    Répondre
    • May

      On se motive, et on y va !
      En fait, je ne crois pas qu’elle soit jouée partout mais bon. :)

      Répondre
    • May

      J’ai relu le texte hier en faisant l’article.
      C’est une petite merveille.

      Répondre
  3. Elle a été joué plusieurs fois ici , mais je ne suis pas allée la voir, sûrement qu’elle va revenir. C’est bon à savoir.

    Répondre
  4. Oh ton interface pour les commentaires est vraiment très belle. Ca donne encore plus envie de t’en laisser un ;)
    “Les monologues du vagin” une pièce que j’ai adoré aussi.
    Comme toi, j’ai été gênée par moments.

    Mel

    Répondre
    • May

      Merci, merci !
      Je crois ne connaitre personne qui n’a pas accroché avec cette pièce.

      Répondre
  5. Merci pour tes félicitations ma belle !
    (tu vois, je te disais que ça allais me donner encore plus envie de te laisser des commentaires ^^)

    mel

    Répondre
    • May

      De rien, c’est normal !

      J’espère que ta formation te plaira. L’idée t’est venue comment ? Enfin, c’est un domaine très précis dans le secteur de la beauté, tu aies passionnée de SPA ?

      Répondre
  6. En fait, j’ai toujours été intéressée par le domaine de la beauté : les instituts, le maquillage, les crèmes de soin. C’est un peu une passion, mais qui, pour moi, ne pouvait pas devenir mon métier, pour mille et une raisons. Voilà j’étais engagée dans ces études à la fac. Et puis souvent, je trouvais que c’était moche que les sujets qui m’intéressent soient à l’opposé des sujets que j’étudie…
    Cette idée faisant son chemin, je suis tombée sur le site internet de l’école Elysées Marbeuf (où je suis prise), je l’ai lu de fond en combles. Je suis tombée amoureuse de cette école (lol).
    Bref, hier je suis allée à l’entretien d’admission en ayant en tête d’intégrer le BTS esthétique. N’ayant aucune formation en esthétique pour l’instant, je me disais que je ne pourrais pas faire mieux. Mais bon, comme j’ai déjà un bac +3, la directrice du recrutement m’a dit :” avec votre niveau, aller en BTS ?? Ca va pas? Le SPA ça vous intéresse? Oui? Et bien voilà, vous êtes admise en Bachelor SPA Manager ”
    Enfin, là je te la fait en version courte hein, l’entretien a quand meme duré 1h30!
    Voilà l’histoire de ma reconversion ;) Et cette fois, j’ai réellement l’impression d’être sur la bonne voie.
    En espérant avoir répondu à ta question ^^

    Mel

    Répondre
  7. Il faudra que je me décide un jour à aller voir cette pièce. En fait, j’ai toujours l’appréhension de m’ennuyer au bout d’1/4 d’heure. En effet, toute une pièce où l’on parle de la foufoune, on ne décroche pas un moment?

    Répondre
    • May

      Dans le pire des cas, je suis sure que tu te trouveras bien une occupation: draguer la voisine à coté ? ;)

      Pour ma part, je n’ai pas décroché. Ce n’est pas très long et surtout prenant.

      Répondre
  8. “J’aime assister à une représentation, puis les minutes qui la suivent. Il y a toujours une symbiose avec la salle, un rapprochement né de l’oeuvre jouée.”

    C’est très très vrai ça :)

    Un grand merci pour le lien vers le texte, parce que la jeune actrice (féministe de surcroît) que je suis n’a toujours ni lu ni vu Les Monologues du Vagin, c’te honte. N’hésite pas à faire partager tes impressions sur les prochains spectacles que tu vois, c’est toujours enrichissant à découvrir, surtout quand la plume est si agréable à lire !

    Répondre
    • May

      Alors, alors, tu l’as lu ? Cela t’a plus ?

      Oui, c’est toujours enrichissant de découvrir les petites merveilles des autres. :)

      Répondre
  9. Je suis allée voir cette pièce il y a quelques années, c’était interprété par des étudiants de l’Insa, donc l’essentiel du public était jeune. L’ambiance était très cool et très décomplexé alors que c’était des histoires qui pouvaient passer du rire au touchant.

    Répondre
    • May

      L’ambiance était aussi assez décomplexé lorsqu’on l’a vu. Je crois que c’est même le “principe” de la pièce si je peux dire et c’est aussi ça qui en fait sa force.

      Répondre
  10. Je l’ai vu récemment aussi et j’ai plus ou moins ressenti les mêmes choses que toi. Pourtant je suis un homme (sensible ?). Cordialement. Marco.

    Répondre
    • May

      Oh, je viens d’aller sur ton blog et de lire ton article sur la pièce. J’y suis allée avec mon copain qui a beaucoup aimé aussi.

      Il y avait pas mal d’hommes dans la salle lorsque j’ai assisté à la pièce. Ils accompagnaient souvent leur copine, c’est vrai.

      Je crois que c’est une pièce touchante qu’importe qu’on soit une femme ou un homme. Puis, une personne qui aime l’art – le théâtre tout au moins -, c’est une personne sensible, non ?

      Répondre
      • Tu as raison, un homme totalement insensible aurait refusé de mettre les pieds dans un théatre, et a fortiori pour les monologues …
        Merci beaucoup de ta visite sur mon blog. Je viendrai voir ce que tu fais de temps en temps.

        Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)